Chine : prison à vie pour l'ex-dirigeant Bo Xilai

le
0
Chine : prison à vie pour l'ex-dirigeant Bo Xilai
Chine : prison à vie pour l'ex-dirigeant Bo Xilai

C'est probablement le plus vaste scandale politico-criminel depuis la fin de la révolution culturelle en Chine. Bo Xilai, l'ex-dirigeant chinois a été condamné à la prison à vie, ce dimanche, pour «détournement de fonds, de corruption et d'abus de pouvoir» par le tribunal de Jinan, la capitale du Shandong à l'est de la Chine. «La cour prononce une peine de prison à vie avec privation permanente des droits politiques» et la confiscation de tous ses biens. Le ministère public avait requis «une lourde peine» contre l'ancien chef du Parti communiste de Chongqing, l'accusant d'avoir «nié non seulement des faits illégaux basés sur des preuves solides, mais aussi les documents qu'il avait rédigés et la confession qu'il a faite», bref, de «refuser d'avouer ses crimes».

Il était accusé d'avoir étouffé l'assassinat de l'homme d'affaires britannique Neil Heywood, en 2011 par son épouse Gu Kailai et d'avoir empoché plus de 2,6 millions d'euros de pots-de-vin et détourné plus de 600 000 euros de fonds publics notamment pour l'acquisition d'une villa à Cannes, gérée notamment par Neil Heywood.

Même si tout au long des cinq jours d'audience, Bo Xilai n'a cessé de nier les faits en mettant en cause les témoins et même sa femme qu'il a accusé d'être une «folle» et de «menteuse».

Cependant, ce verdict tire un trait définitif sur la carrière de l'un des plus hauts responsables politiques chinois membre jusqu'à l'an dernier du Bureau politique du Parti communiste chinois. Un temps perçu comme un rival de l'actuel président Xi Jinping, cet ancien ministre du commerce à la poigne de fer qui avait fait de la métropole de Chongqing (sud ouest) un véritable poumon industriel. Mais sa descente aux enfers a commencé en 2012 quand le chef policier Wang Lijun, son bras droit révèle le meurtre de l'homme d'affaires britannique. Cela a enclenché sa disgrâce par étapes: limogeage de son poste de secrétaire du PC à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant