Chine : les villes fantômes défient les plans du pouvoir

le
0
Des dizaines de projets d'urbanisation pharaoniques ne trouvent pas d'habitants.

Le château chinois de la Belle au bois dormant tente de faire illusion. Sorti tout droit d'un Disneyland asiatique, le gigantesque Hyatt Regency dresse ses campaniles ultrakitsch sous le ciel moite de Jing Jin. Devant la rampe d'accès du 5-étoiles, les roseaux sauvages envahissent les immenses bassins où les fontaines ne clapotent plus. Dans le lobby vide aux colonnes pharaoniques, un réceptionniste donne le change. «Il vaut mieux réserver à l'avance», affirme le manager, sourire crispé. Ce palace de 792 chambres luxueuses est sans doute l'un des moins rentables de la chaîne hôtelière américaine en Chine, avec un taux de remplissage frisant péniblement les 15 %, selon les locaux. Seuls deux clients solitaires déjeunent en silence dans les salles de restaurant haut de gamme du rez-de-chaussée donnant sur un jardin immense. La foule semble avoir brusquement déserté ce palace monumen...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant