Chine-Les rachats à l'étranger battent déjà le record de 2015

le
0
    * $111,6 mds d'opérations à l'étranger annoncées depuis 
début 2016 
    * L'offre de $43 mds pour Syngenta représente près de 40% du 
total 
    * Le total de 2015 était à un record de $111,5 mds 
    * Les groupes chinois veulent compenser le ralentissement en 
Chine 
 
    HONG KONG, 20 juin (Reuters) - En moins de six mois, 
l'appétit des groupes chinois pour le rachat d'entreprises à 
l'étranger a déjà dépassé son record de 2015, notamment dans les 
secteurs immobilier, chimique et technologique. 
    L'offre de rachat de 43 milliards de dollars (38 milliards 
d'euros) du géant chinois ChemChina pour le chimiste suisse 
Syngenta  SYNN.S  représente près de 40% des 111,6 milliards de 
dollars de fusions et acquisitions annoncées depuis début de 
l'année, mais même sans, le rythme des acquisitions 
d'entreprises étrangères s'accélère. 
    Les banquiers et avocats d'affaires estiment toutefois que 
l'on pourrait constater un ralentissement au second semestre, 
les acheteurs étant confrontés à un contrôle accru de leurs 
projets de la part des autorités en Chine comme à l'étranger. 
    China International Capital  3908.HK  attend 150 milliards 
de dollars de fusions/acquisitions à l'étranger cette année. 
    En 2015, les acquéreurs chinois ont annoncé au total 632 
opérations pour un total record de 111,5 milliards de dollars, 
selon les données de Thomson Reuters. Les opérations finalisées, 
sur lesquelles les banques ont reçu des commissions, ont atteint 
73 milliards l'an dernier contre 45,6 milliards depuis le début 
de cette année. 
    Certaines acquisitions récentes dans le secteur 
technologique ont toutefois rencontré une opposition, ce qui 
pourrait inciter certains acheteurs à la prudence. 
    La volonté de Pékin de limiter l'érosion des réserves de 
change du pays, qui ont baissé de plus de 500 milliards de 
dollars l'an dernier, pourraient aussi freiner le mouvement.  
    Les incertitudes autour du référendum de jeudi sur le 
maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne et de l'élection 
présidentielle américaine de novembre sont également des 
facteurs susceptibles de limiter les acquisitions à l'étranger. 
 
 (Denny Thomas, Juliette Rouillon pour le service français, 
édité par Véronique Tison) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant