Chine-Les exports soutenus par la BCE, le yuan pénalisé-PBOC

le
0

PEKIN, 23 janvier (Reuters) - Le programme d'assouplissement quantitatif annoncé par la Banque centrale européenne (BCE) pour relancer la croissance et l'inflation dans la zone euro pourrait soutenir les exportations chinoises mais pèsera sur le yuan, a déclaré vendredi l'un des dirigeants de la Banque populaire de Chine (PBoC). Pan Gongsheng, l'un des vice-gouverneurs de la banque centrale chinoise, a estimé que le nouvel assouplissement de la politique monétaire de la BCE couplé aux anticipations d'une hausse des taux d'intérêt aux Etats-Unis, potentiellement dès le mois de juin, pourrait entraîner un affaiblissement du yuan contre un dollar renforcé. Le yuan CNY=CFXS a accusé vendredi son plus fort recul en une séance depuis le 8 décembre, après l'abaissement par la banque centrale du point médian de sa fourchette contre le dollar. La devise chinoise a démarré la séance à 6,2180 yuan pour un dollar et l'a terminée à 6,2288, son niveau le plus faible en clôture en près de sept mois. Le yuan, comme les autres grandes devises, a cédé du terrain contre le dollar au cours des derniers mois. "La nouvelle version de l'assouplissement quantitatif de la BCE aidera à stimuler l'économie de la zone euro, ce qui soutiendra la demande extérieure et bénéficiera aux exportations chinoises", a dit Pan lors d'un point de presse. "L'assouplissement quantitatif de la BCE (...) ajouté à la normalisation par la Réserve fédérale de sa politique d'assouplissement quantitatif, pourrait conduire à un nouveau renforcement du dollar. Cela pourrait à son tour accroître la pression à la dépréciation du yuan contre le dollar." Pan n'a pas fait de commentaire sur l'évolution de la politique monétaire chinoise mais il a dit que l'octroi de prêts à court terme à taux faibles aux banques au travers de la facilité de prêt à moyen terme (MLF) n'avait pas vocation à se substituer aux ajustements du taux de réserves obligatoires. La PBOC a introduit la MLF l'année dernière afin de disposer d'un nouvel instrument d'injections de liquidités dans l'économie. La publication cette semaine des chiffres de la croissance pour le quatrième trimestre, qui ont montré un ralentissement de l'activité à son plus bas niveau en 24 ans l'année dernière en Chine, a alimenté les spéculations sur une baisse des taux directeurs ou du taux de réserves obligatoires dans les prochaines semaines. (Kevin Yao, Marc Joanny pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant