Chine : les défis des gardiens de la réforme

le
0
La banque centrale de Chine. (© Yongxinge)
La banque centrale de Chine. (© Yongxinge)

Jeudi 5 mars s'est ouvert, pour une dizaine de jours, la session plénière annuelle du Con­grès national du peuple (CNP), organe principal du pouvoir en Chine. L'économie, qui donne des signes de faiblesse, sera au menu. Certes, le produit intérieur brut de la deuxième puissance planétaire a progressé de 7,3% au quatrième trimestre 2014, bien plus vite que l'économie mondiale (+3,3% en 2014 selon le FMI). Et si les seules causes d'inquiétude étaient la chute des revenus des casinos de Macao et des importations de montres suisses à Hong-Kong, personne ne s'inquiéterait.

Mais les problèmes sont plus profonds : «Le secteur immobilier se contracte et pénalise la production industrielle», notent les économistes d'UBS. «Le violent recul des importations en janvier (-19,7%) reflète la facture énergétique, mais aussi la faiblesse de la demande intérieure», constate-t-on chez CM-CIC. Enfin, le pays enregistre d'importantes sorties de capitaux depuis un an, dues «au ralentissement de l'investissement, lui-même lié à la perte de compétitivité des entreprises chi­noises», explique Patrick Ar­tus chez Natixis.

Bloc "A lire aussi"

À ces signaux négatifs se greffent des zones d'ombre qui nourrissent l'an­xiété des investisseurs. Ainsi, le chiffre exact de l'endettement des agents (publics et privés) n'est pas connu, tandis que les données sur

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant