Chine-Les banques confrontées à la montée des créances douteuses

le
0

* Une hausse de 30% des créances douteuses au S1 * 52,2 mds de capitaux levés par les banques cotées en 2014 * "Les "Big Four" publient leurs résultats cette semaine par Matthew Miller et Umesh Desai PEKIN/HONG KONG, 26 octobre (Reuters) - Les banques chinoises vont devoir à nouveau lever de l'argent frais, après les montants records déjà émis l'année dernière, conséquence de l'envolée des créances douteuses liée au ralentissement de la croissance. Les banques commerciales chinoises émettent de coûteuses actions préférentielles, des convertibles et des obligations perpétuelles pour renforcer leurs fonds propres en dépit des nombreux appels au marché réalisés l'année dernière pour se conformer aux nouvelles exigences de solvabilité imposées par leur régulateur. La hausse de 30% des créances douteuses sur les six premiers mois de l'année a suscité des interrogations sur la capacité de certaines banques à faire face aux conséquences du ralentissement de la croissance. "La Chine est confrontée à une crise de crédit systémique", estime Jim Antos, analyste bancaire chez Mizuho Securities. Les six baisses de taux décidées par la Banque populaire de Chine (BPC) en moins d'un an, la dernière en date étant intervenue vendredi, vont aussi peser sur les marges opérationnelles des banques. Les banques commerciales chinoises cotées en Bourse ont levé 57,6 milliards de dollars (52,2 milliards d'euros) l'année dernière pour renforcer leurs fonds propres, selon des données de Thomson Reuters. Elles risquent de devoir encore lever 553 milliards de yuan (78,9 milliards d'euros) si le ralentissement de la croissance chinoise se traduit par une hausse du ratio des prêts non productifs, de 1,5% à 4%, selon les calculs réalisés par Victor Wang, analyste de Barclays. Huaxia Bank 600015.SS est le dernier établissement en date à avoir obtenu le feu vert de la Commission de réglementation bancaire chinoise (CBRC) pour lever 20 milliards de yuan sous forme d'actions préférentielles, a dit un banquier à Reuters News. Le ralentissement économique et les réformes structurelles ont entraîné "une augmentation rapide des crédits en souffrance, ce qui a accru la pression sur la gestion du risque crédit dans l'ensemble du système", a dit ce banquier. Les actions préférentielles servent un dividende fixe prélevé sur le bénéfice après impôt et sont donc plus coûteuses pour l'émetteur que des obligations dont les intérêts sont déduits du bénéfice avant impôt. "BIG FOUR" Huaxia Bank vient à la suite de plusieurs autres établissements de taille moyenne qui ont récemment annoncé des levées de fonds comme Huishang Bank 3698.HK , China Everbright Bank 601818.SS et China Citi Bank. Mais les premiers émetteurs de titres pouvant entrer dans les fonds propres durs ou Tiers 1 ont été les quatre plus grandes banques commerciales du pays, les "Big Four" dont les analystes s'attendent à ce qu'elles fassent état d'une forte hausse de leurs prêts non productifs à l'occasion de la publication de leurs résultats cette semaine. Industrial & Commercial Bank of China 601398.SS China Construction Bank 601939.SS 0939.HK et Bank of China 601988.SS 3988.HK ont levé 33,3 milliards de dollars l'année dernière, principalement sous la forme d'actions préférentielles et de dette subordonnée, montrent des données de Thomson Reuters. La CBRC a imposé aux plus grandes banques, considérées comme présentant un risque systémique, de justifier d'un ratio de solvabilité Tier 1 d'au moins 9,5% d'ici 2018. Tous les établissements concernés présentent aujourd'hui un ratio supérieur à ce niveau mais tous ont mis en oeuvre des programmes de renforcement de leurs fonds propre pour garantir qu'ils resteront sensiblement au-dessus de l'objectif. Les créances douteuses des banques chinoises ont franchi le cap des 1.000 milliards de yuan au premier semestre pour la première fois depuis 2008, représentant 1,5% de l'encours total de prêts, selon la CBRC. Certains établissements prolongent toutefois la durée pendant laquelle un prêt peut être improductif avant de le considérer comme douteux. Les prêts des banques chinoises cotées non productifs depuis plus de 90 jours mais non dépréciés ont augmenté de 166% au premier semestre, a relevé Jason Bedford, analyste du secteur bancaire chez UBS dans un note publiée le mois dernier. Pour Huaxia Bank, le montant des prêts non productifs depuis plus de 90 jours mais n'ayant fait l'objet d'aucune dépréciation a pratiquement triplé à 34 milliards de yuan sur les six premiers mois de l'année tandis que le ratio des prêts non performants n'a augmenté que marginalement à 1,35%. La proportion de créances douteuses dans les bilans des banques chinoises est certes bien inférieure à celle qui prévalait au début des années 2000 lorsqu'elle dépassait les 20% après des années d'intervention directe des autorités dans les décisions d'octroi de prêts. Mais à l'époque, la croissance très rapide de l'économie chinoise permettait aux banques d'absorber sans trop de difficultés ce mauvais passif. (Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant