Chine: les autorités aiment bien Faceboook...quoique interdit dans le pays

le
0
Chine: les autorités aiment bien Faceboook...quoique interdit dans le pays
Chine: les autorités aiment bien Faceboook...quoique interdit dans le pays

Les autorités chinoises empêchent leur 618 millions d'internautes d'accéder aux réseaux sociaux internationaux comme Facebook, Twitter, et Youtube, mais elles n'hésitent pas à y avoir recours dès lors qu'il s'agit de faire leur propre promotion à l'étranger.L'agence de presse officielle Xinhua, le Quotidien du peuple, organe officiel du Parti communiste, et la télévision d?État CCTV, ont tous des comptes Twitter, comme beaucoup de villes et de gouvernements locaux. Pour améliorer sa visibilité internationale, la ville de Hangzhou, célèbre pour son lac et ses canaux, s'est tournée vers le réseau social le plus populaire au monde. Son concours pour élire le "Marco Polo moderne" compte six modules sur Facebook. Le gagnant, un jeune Suisse de 26 ans, a remporté 40.000 euros, un voyage de deux semaines à Hangzhou, et devra assurer la promotion de la ville sur Facebook et Twitter pendant un an. C'est que l'utilisation de ces sites par les institutions est devenue "incontournable", explique Michael Cavanaugh, consultant pour l'agence de communication britannique PR Agency One, qui assure la promotion du concours. Mais il s'est refusé à préciser comment le gagnant était censé alimenter ces réseaux sociaux depuis la Chine.- "Grande muraille informatique"-Les autorités communistes contrôlent strictement l'expression, en ligne ou pas, et bloquent nombre de sites et réseaux sociaux étrangers. Pour contourner cette "grande muraille informatique", des internautes et entreprises chinoises utilisent des réseaux privés virtuels (VPN), tandis que les médias officiels ont souvent recours à leurs bureaux à l'étranger.Pour son concours, Hangzhou a fait appel aux services d'une agence numérique installée à Hong Kong, où Facebook n'est pas bloqué.Le géant des médias sociaux prospecte activement le pays. "Nous voulons aider les agences de tourisme à parler de tout ce qui, en Chine, est mal compris à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant