Chine : le typhon Fitow fait au moins 2 morts

le
0
Chine : le typhon Fitow fait au moins 2 morts
Chine : le typhon Fitow fait au moins 2 morts

Les Chinois l'attendaient. Le typhon Fitow a finalement frappé ce lundi la côte orientale du pays avec des vents dépassant 200 km/h, faisant au moins deux morts et imposant l'évacuation de centaines de milliers de personnes. Les provinces très peuplées du Zhejiang et du Fujian étaient en mobilisation maximale, l'agence météorologique chinoise ayant émis samedi une alerte rouge, soit le plus haut niveau de son échelle.

Le typhon a touché terre dans les premières heures de lundi dans la province de Fujian, apportant des pluies torrentielles et provoquant des coupures d'électricité massives. Il devait poursuivre sa route vers le nord-ouest mais s'affaiblir rapidement, selon le Centre national météorologique.

Les deux victimes ont été tuées à l'arrivée de Fitow dans la ville de Wenzhou, a rapporté l'agence de presse Chine nouvelle. Plus de 1 200 maisons se sont effondrées dans cette municipalité côtière, a précisé Radio Chine nationale. Des zones de la province du Zhejiang, au sud de la mégalopole de Shanghai, ont reçu près de 29 cm de précipitation en dix-sept heures, de dimanche à lundi matin, selon l'agence de presse Nouvelles de Chine.

Plus de 750 000 personnes évacuées

Selon Chine nouvelle, 574 000 personnes ont été évacuées dans la province du Zhejiang et 177 000 dans celle du Fujian. Deux employés du port de Wenzhou, dans le Zhejiang, ont été portés disparus et pourraient avoir été emportés par la mer, a précisé l'agence. «Nous ne devons laisser personne en danger», a déclaré Li Qiang, le gouverneur provincial du Zhejiang.

En raison du typhon, le trafic des trains à grande vitesse dans les provinces du Zhejiang, du Fujian et du Jiangxi a été suspendu, et l'aéroport de Wenzhou a annulé dimanche 27 vols, a annoncé Chine nouvelle. Plus d'une centaine de vols internationaux ont été annulés au départ ou à destination de l'île de Taïwan. Les autorités maritimes chinoises ont par ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant