Chine-Le capitaine de l'Etoile de l'Orient dans la tourmente

le , mis à jour à 16:16
0

PEKIN, 3 juin (Reuters) - Trois ans avant le naufrage de l'Etoile de l'Orient, survenu en pleine tempête dans la nuit de lundi à mardi sur le Yangtsé, le capitaine Zhang Shuwen avait été distingué pour avoir sauvé la vie d'un homme âgé victime d'une crise d'asthme à bord de son navire. La catastrophe, dont le bilan s'élève à 19 morts et plus de 400 disparus, en a fait un suspect. L'officier d'une cinquantaine d'années, qui a survécu au naufrage, est entendu par la police mais rien ne lui a encore été reproché. Considéré comme un capitaine compétent, il a reçu l'an dernier le prix de l'"employé extraordinaire" décerné par la compagnie de transport fluvial de Chongqing, rapporte l'agence de presse Chine nouvelle, citant l'un de ses collègues. Fils de capitaine, il exerce lui-même depuis plus de dix ans et en a passé sept ou huit sur la ligne Chongqing-Nankin où s'est produit le naufrage, a précisé un autre. Sa femme, dont on est sans nouvelles, travaillait également à bord, selon le China News Service. En avril 2012, l'un des passagers de l'Etoile de l'Orient âgé de 78 ans a été victime d'une grave crise d'asthme et le capitaine avait obtenu le droit d'accoster en priorité, ce qui a permis de gagner un quart d'heure précieux pour les secouristes. L'opinion chinoise semble divisée quant à sa responsabilité, mais plusieurs blogueurs ont pris sa défense, soulignant que les circonstances du naufrage n'avaient rien à voir avec celui du Sewol, qui a fait 304 morts le 16 avril 2014 en Corée du Sud. Des proches des passagers disparus se demandent cependant pourquoi l'Etoile de l'Orient a continué à naviguer dans des conditions météo aussi mauvaises. (Brenda Goh et Sue-Lin Wong, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant