Chine : la lutte anti-corruption, apanage du régime

le
0
Xu Zhiyong a agi en respectant les lois en vigueur. Emprisonné en juillet 2013, il vient d'écoper de 4 ans de prison.
Xu Zhiyong a agi en respectant les lois en vigueur. Emprisonné en juillet 2013, il vient d'écoper de 4 ans de prison.

Le régime chinois n'est pas encore prêt à accorder l'exercice des droits politiques à ses concitoyens. C'est le message qu'envoie depuis quelques jours la direction chinoise du Parti avec une série de procès politiques, qui se soldent sans exception par une incarcération des agitateurs d'idées les plus engagés. L'affaire la plus médiatisée a été celle du militant Xu Zhiyong, dont le procès a eu lieu la semaine dernière et dont le verdict a été rendu dimanche. Âgé de 40 ans, Xu est un professeur de droit et avocat des droits de l'homme. Il s'est investi depuis près de dix ans en faveur de la justice sociale et de l'ouverture politique dans le cadre des lois existantes. Considéré comme un modéré, Xu a écopé de quatre ans de prison, ce qui, selon un groupe d'intellectuels chinois réunis dans la soirée qui suivait le verdict, constitue, au-delà de leur déception, un "moindre mal" par rapport aux peines données jusque-là, généralement supérieures à dix ans de prison. En 2009 Liu Xiaobo avait ainsi écopé de 11 ans de prison pour avoir lancé une pétition sur Internet réclamant davantage de liberté d'expression et des élections libres. Cette "Charte 08" inspirée par la charte 07 de Vaclav Havel dans l'ex-Tchécoslovaquie, a valu à Liu Xiaobo de se voir décerner en 2010 le prix Nobel de la Paix. Il est à cette heure toujours incarcéré et sa femme retenue en résidence surveillée. En 1998, les fondateurs du "Parti démocrate...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant