Chine: la désillusion des révoltés de Wukan

le
0
Victimes de saisies de terres abusives, les villageois de Wukan devenaient, il y a un an, le symbole de la lutte du «petit peuple» contre l'arbitraire. Retour sur l'expérience de démocratie locale la plus poussée que la Chine ait jamais connue.

Sur le mur repeint, à l'entrée du siège de la Commission du village, une lettre ouverte est placardée. Elle est datée du 21 octobre, et signée de Zhuang Liehong. Ce jeune homme de 29 ans était l'un des «7» membres de l'organe dirigeant de Wukan, ce petit village de pêcheurs niché au creux d'une baie de mer de Chine du Sud. Avec des mots chargés d'émotion, celui qui avait été élu au printemps dernier présente sa démission et ses excuses à ses concitoyens. «Je suis dans l'incapacité de vous donner satisfaction, incapable de résoudre vos problèmes, écrit-il, et je me retire attristé, tout en restant au service de tous.» Le geste serait banal, s'il n'était le symbole des impossibles réformes politiques dans le système chino...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant