Chine : la croissance s'essouffle

le
0
Chine : la croissance s'essouffle
Chine : la croissance s'essouffle

Même si un tel taux ferait encore rêver de nombreux pays, la croissance chinoise n'est plus de 6,9% en 2015. Du jamais vu depuis 25 ans. Alors que l'économie chinoise reste la locomotive de la croissance mondiale, grâce au commerce et à la consommation de matières premières, plusieurs de ses indicateurs passent du vert à l'orange depuis quelques mois. En raison de la crise, de nombreuses usines se retrouvent en surcapacité, les prix de l'immobilier se contractent, faisant craindre une explosion d'une bulle spéculative, et les achats de matières premières se reduisent.

Même si la production industrielle chinoise a continué de progresser de 5,9% sur un an en décembre, son ralentissement s'est accentué par rapport au mois précédent et cela bien au delà des anticipations des économistes.

Ce ralentissement de la deuxième économie mondiale inquiète évidemment les investisseurs. Depuis le début de l'année, les bourses chinoises ont plongé et la devise nationale, le Yuan, a dévissé faisant craindre une propagation à l'ensemble de la planète. Les autorités monétaires européennes et américaines craignent que les autorités chinoises cherchent à déprécier le Yuan pour doper la croissance intérieure. La Chine ferait alors courir le risque d'exporter des pressions déflationnistes (baisse des prix) au reste des pays développés, qui sont déjà confrontés à une inflation quasi nulle. Un mouvement qui amplifierait la menace d'une récession.

Une «nouvelle normalité» avec une croissance moindre

Le Premier ministre Li Keqiang a tenu à rassurer ses partenaires. Samedi, à l'occasion de l'entrée dans la Chine au capital de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd), il a fait savoit que le pays n'entendait pas faire baisser sa devise pour stimuler les exportations et qu'il avait les moyens d'assurer la stabilité du Yuan.

Les autorités de Pékin ont même un scénario plus optimiste. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant