Chine: l'accès à la propriété est difficile

le
0
La bulle immobilière menace dans l'Empire du Milieu. Les prix des appartements seraient surévalués de 30% à 50%. Pékin craint les conséquences sociales.

De notre correspondante à Shanghaï

Alors que le pouvoir s'inquiète de l'inflation et de ses conséquences sociales, l'Académie des Sciences Sociales enfonce le clou. L'institution, basée à Pékin et proche du pouvoir, vient de rendre un rapport accablant sur l'envolée des prix dans l'immobilier.

Dans son «Livre bleu», elle calcule qu'un tiers des grandes villes chinoises propose des appartements 30% à 50% plus cher que leur valeur réelle, compte tenu du niveau de vie local et de l'offre immobilière. C'est Fuzhou, la capitale du Fujian au sud-est de la Chine, qui prend la tête de cette liste noire. Les prix y seraient surévalués de 70%, à 1 530 euros le mètre carré au lieu de 455 euros. En clair, la bulle ne cesse de gonfler.

Le placement le plus rentable

Au mois d'avril, le gouvernement central avait pourtant mis un coup de frein aux investissements immobiliers en resserrant les vannes du crédit. Pékin avait notamment imposé un apport de 30% de la valeur du bi

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant