Chine/Indicateurs-Les nouveaux prêts bancaires repartent à la baisse

le , mis à jour le
0

PEKIN - Principaux indicateurs économiques chinois publiés depuis le début du mois: * NOUVEAUX PRÊTS BANCAIRES INFÉRIEURS AUX ATTENTES EN AOÛT 11 septembre - Les banques chinoises ont accordé pour 809,6 milliards de yuans (112,6 milliards d'euros) de nouveaux prêts en août, un montant inférieur aux attentes, l'impact des mesures de soutien prises par les autorités semblant déjà se dissiper. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un montant de 900 milliards de yuans de nouveaux prêts. En juillet, ce montant avait atteint 1.480 milliards, le plus élevé enregistré depuis 2009. Des économistes estiment qu'il a été dopé par les injections de liquidités sur les marchés financiers, destinées à empêcher un krach boursier et non par l'amélioration du crédit à l'économie. De fait, en juillet, les prêts aux institutions financières non-bancaires ont représenté 886 milliards de yuans, soit 60% du total, et les autres prêts ont diminué par rapport à juin. En août, au contraire, les nouveaux prêts aux institutions financières non-bancaires ont diminué de 54,6 milliards de yuans. "Les nouveaux prêts sont revenus à la normale en août après le bond du mois précédent et (la masse monétaire) M2 est restée à un niveau relativement élevé, ce qui suggère que la banque centrale a maintenu une politique monétaire accommodante pour soutenir une économie en difficulté", a commenté Zhou Jingtong, analyste de Bank of China. La croissance de la masse monétaire M2 a été de 13,3% en rythme annuel en août, comme en juillet. Le consensus la donnait à 13,2%. * LES PRIX PRODUCTEURS RECULENT POUR LE 42E MOIS CONSÉCUTIF 10 septembre - Les prix à la consommation ont augmenté légèrement plus que prévu en août sur un an mais les prix à la production ont reculé pour le quarante-deuxième mois de suite, ce qui vient une nouvelle fois suggérer que le risque de déflation reste bien présent dans la deuxième puissance économique mondiale. L'indice des prix à la consommation a augmenté de 2,0%, selon des données publiées jeudi par le Bureau national des statistiques. L'essentiel de cette hausse a surtout été le fait d'une envolée des prix alimentaires et non pas d'une amélioration de l'activité économique. Les analystes interrogés par Reuters avaient anticipé une inflation de 1,8% après 1,6%. L'indice des prix à la consommation reste nettement en-deçà de l'objectif de 3% fixé par la banque centrale en la matière, ce qui laisse des marges de manoeuvre pour agir sur les taux afin de soutenir une économie en voie de ralentissement. Les prix à la production ont baissé de 5,9% sur un an le mois dernier après -5,4% en juillet et un consensus de -5,5%. Il s'agit de leur repli le plus marqué depuis la crise financière de 2007-2009. * LES EXPORTATIONS BAISSENT MOINS QUE PRÉVU EN AOÛT 8 septembre - Les exportations ont baissé moins que prévu en août mais le nouveau repli, plus prononcé que prévu, des importations illustre une nouvelle fois la déprime de la conjoncture en Chine. Ces exportations, exprimées en dollars, ont reculé de 5,5%, contre -8,3% en juillet et une prévision moyenne des économistes interrogés par Reuters de -6,0%. Les importations ont baissé pour le dixième mois consécutif, de 13,8%, contre -8,1% en juillet et un consensus de 8,2%. Cette chute reflète à la fois la baisse des cours des matières premières mais aussi l'atonie de la demande intérieure. Selon les chiffres publiés mardi par l'Administration générale des douanes, l'excédent commercial est ressorti à 60,24 milliards de dollars le mois dernier, contre un consensus de 48,2 milliards. "Je ne suis pas optimiste sur les perspectives en matière d'exportation et il paraît peu probable que la Chine atteigne cette année son objectif d'exportations", a déclaré Nie Wen, analyste chez Hwabao Trust. "Il y aura au moins trois nouvelles baisses du ratio de réserves obligatoires cette année pour contrer la sortie des capitaux." Les investisseurs du monde entier vont étudier les statistiques du pays, afin de déterminer si la deuxième puissance économique mondiale risque de subir un atterrissage brutal. La plupart des économistes pensent qu'un ralentissement plus en douceur mais aussi plus prolongé reste le scénario le plus probable. La brutale chute des Bourses chinoises cet été et la dévaluation inattendue du yuan ont toutefois conduit certains à s'interroger sur la stabilité de la politique menée en Chine. Tableau de la statistique ID:nL4N11D2ER * LA CONTRACTION DE L'ACTIVITÉ MANUFACTURIÈRE S'ACCÉLÈRE-PMI 1er septembre - La contraction de l'activité du secteur manufacturier s'est encore accélérée en août, à son rythme le plus soutenu depuis six ans et demi, montrent les résultats définitifs de l'enquête mensuelle Caixin/Markit auprès des directeurs d'achats. L'indice PMI a reculé à 47,3 le mois dernier, son plus bas niveau depuis mars 2009, après 47,8 en juillet. Bien que légèrement supérieur à la première estimation "flash" (47,1), il marque un sixième mois consécutif de contraction de l'activité en s'inscrivant sous la barre de 50. L'emploi est en recul pour le 22e mois consécutif et les nouvelles commandes restent dans le rouge pour le deuxième mois d'affilée, le sous-indice tombant à 46,6 en août, soit sa contraction la plus forte depuis mars 2014. * CONTRACTION DE L'INDICE PMI MANUFACTURIER OFFICIEL EN AOÛT 1er septembre - Le secteur manufacturier s'est contracté en août, à son plus bas niveau depuis trois ans, montre l'indice PMI manufacturier officiel publié mardi. Il ressort à 49,7 le mois dernier, comme le prévoyaient les économistes, après une croissance nulle (50,0) en juillet. Ces chiffres confortent certains économistes dans l'idée que l'objectif de 7% de croissance fixé par les autorités chinoises ne sera pas atteint cette année. * RECHUTE DES INDICES PMI DES SERVICES EN AOÛT 1er septembre - La croissance du secteur des services a ralenti en août par rapport au mois précédent, montrent les indices PMI publiés mardi. L'indice officiel est retombé à 53,4 le mois dernier contre 53,9 en juillet et celui calculé par Caixin/Markit est tombé à 51,5, au plus bas depuis juillet 2014, contre 53,8 en juillet. Ce ralentissement, après une très légère hausse en juillet par rapport à juin, ajoute aux inquiétudes qui pèsent sur l'économie chinoise, le secteur des services ayant représenté l'an dernier 48,2% du PIB, contre 42,6% pour le secteur manufacturier et la construction. Selon l'enquête Caixin/Markit, l'emploi est tout juste resté positif dans le secteur en août avec un sous-indice à 50,1, au plus bas depuis août 2013.

 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant