Chine et Japon : les incertitudes économiques continuent de pénaliser les marchés

le , mis à jour à 14:10
2

Les nouvelles économiques mitigées en provenance d'Asie participaient mercredi à la prudence des investisseurs.
Les nouvelles économiques mitigées en provenance d'Asie participaient mercredi à la prudence des investisseurs.

Les indices chinois retrouvent des variations erratiques depuis le début de la semane. Au Japon, le marasme économique reste d’actualité. Les marchés européens cédaient du terrain mercredi midi, tirés à la baisse par ce regain de pessimisme.

« Les nouvelles en provenance de Chine perturbent toujours les investisseurs. Alors que le taux de change du yuan est quasiment stable depuis plusieurs séances, la rechute de la bourse chinoise inquiète. Les investisseurs craignent qu'elle soit le symptôme d'une dégradation plus marquée de la situation économique », explique Christian Parisot, chef économiste d’Aurel BGC.

À ceci s'ajoute surtout le fait que « le ministre chinois du commerce a annoncé ce matin qu’une baisse des exportations n’était pas à exclure dans les prochains mois, malgré la triple dévaluation du yuan la semaine dernière », précise le courtier XTB.

Les marchés chinois ont connu une rechute mardi, l’indice de Shanghai ayant perdu 6,15% à la clôture. La séance de mercredi est restée très volatile, le même indice plongeant de plus de 5% en séance avant de rebondir et de terminer en hausse de 1,23%. Même mouvement observé à Shenzhen.

Les indices chinois avaient pourtant connu un certain retour au calme la semaine dernière, stabilisés par la dévaluation du yuan, ayant un éventuel impact positif sur les exportations des entreprises chinoises.

Les autres places asiatiques, peu rassurées par ces nouvelles évolutions erratiques en Chine, ont terminé en baisse. Taïwan a perdu 1,90% et Hong-Kong s’est contractée de 1,17%.

Le Japon fait face à des indicateurs économiques divergents

Au Japon, l’indice Nikkei s’est contracté de 1,61%, enregistrant « sa plus forte baisse journalière depuis six semaines », note Aurel BGC.

Plusieurs éléments ont déçu mercredi au sujet de l’économie nippone. « Après correction des variations saisonnières, le déficit commercial du Japon a augmenté de 283 Mds de yens en juin à 367 Mds au mois de juillet », relève Christian Parisot, alors que « les économistes interrogés par Bloomberg tablaient sur une réduction du déficit ». Un mauvais chiffre à relativiser : « sur un an, le déficit brut des échanges extérieurs de marchandises nippons a toutefois fortement baissé, revenant de 967 Mds de yens en juillet 2014 à 268 Mds le mois dernier », poursuit-il.

Déjà lundi, le PIB japonais était ressorti en baisse de 1,6% en rythme annualisé. Les investisseurs avaient accueilli ce mauvais chiffre sans broncher, l’activité nipponne s’étant contractée dans une moindre mesure par rapport aux anticipations des analystes.

Philippe Waechter, directeur de la recherche économique chez Natixis, affirmait lundi que « le Japon ne se remet pas de sa hausse de la TVA d’avril 2014 ».

Aurel BGC remarquait également mercredi matin : « au Japon, les indicateurs conjoncturels restent très erratiques. L'indice global mensuel d'activité a progressé de 0,3% au mois de juin, après avoir reculé de 0,5% le mois précédent (…). En juin, cet indice synthétique d'activité a bénéficié d'un rebond de l'activité dans l'industrie et dans le secteur tertiaire privé. Les services publiques et la construction ont, en revanche, continué à se contracter ».

Ces nouvelles mitigées participaient à la morosité des marchés européens mercredi matin, le CAC40 se contractant de 0,91% à 14h10, le Dax allemand perdant quant à lui 1,42% à la même heure.

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 le mercredi 19 aout 2015 à 15:31

    on a tout à gagner à retrouver le peuple russe et à l'accueillir dans l'union européenne. Il a toujours fait partie de notre Histoire commune. Je pleure la brouille actuelle.

  • pi.arnau le mercredi 19 aout 2015 à 14:45

    la chine a 4000 milliards de cache ?combien les us et l europe