Chine-Des villageois rebelles réclament le retour de leur maire

le
0
    WUKAN, Chine, 20 juin (Reuters) - Plus d'un millier 
d'habitants d'un village du sud de la Chine, reconnu comme un 
exemple de démocratie dans la Chine communiste, ont manifesté 
lundi pour demander la libération de leur chef, Lin Zuluan, 
arrêté après une descente de police samedi. 
    Wukan, un village de pêcheurs, avait fait la une des médias 
du monde entier en 2011 lorsque ses habitants s'étaient soulevés 
contre des expropriations et la corruption des élites locales. 
    Le gouverneur de la province avait donné raison aux 
villageois et avait renvoyé l'ancien maire, donnant lieu à de 
nouvelles élections, largement remportées par les leaders de 
l'opposition. 
    Les villageois se sont rassemblés tard dans la nuit pour 
demander la libération de leur maire Lin Zuluan, élu en 2012, 
peu de temps après la révolte. Il est accusé d'abus de pouvoir 
et de corruption. 
    En dépit des appels du gouvernement régional à ne pas 
manifester, les habitants de Wukan ont défilé dans le village, 
huant au passage la centaine de policiers anti-émeutes venus 
surveiller la manifestation.  
    Une autre manifestation est prévue mardi.  
    Cette nouvelle révolte est due au problème des 
expropriations illégales de terres, toujours non résolu, et au 
manque de projets pour développer l'économie locale à travers 
l'agriculture et le tourisme.  
    La plupart des villageois accusent les autorités régionales 
de bloquer les décisions de Lin Zuluan et de son équipe pour se 
venger de la révolte de 2011. 
    "Nous ne faisons pas confiance au gouvernement", témoigne 
Zhen Zaolin, un villageois trapu venu s'abriter de la chaleur 
sous un arbre avec d'autres habitants. "Nous devons nous battre 
pour Wukan et libérer Lin", a-t-il ajouté. 
    La femme de Lin Zuluan a déclaré à des journalistes qu'elle 
avait parlé par téléphone à son mari depuis son arrestation et 
que celui-ci demandait aux villageois de continuer à se battre 
pour plus de justice et contre les expropriations.  
    D'après des écriteaux accrochés dans la ville, le chef d'un 
village voisin, Zhang Shuijin, pourrait prendre la tête de Wukan 
après l'arrestation de Lin Zuluan.  
 
 (James Pomfret avec Venus Wu à Hong Kong, Laura Martin pour le 
service français, édité par Jean-Stéphane Brosse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant