Chine : des tigres mis à mort pour le plaisir de spectateurs fortunés

le
0
Chine : des tigres mis à mort pour le plaisir de spectateurs fortunés
Chine : des tigres mis à mort pour le plaisir de spectateurs fortunés

Au moins une dizaine de tigres ont été mis à mort dans une ville du sud de la Chine, lors de fêtes privées rassemblant des responsables locaux et des hommes d'affaires fortunés, a rapporté la presse chinoise.

Les fauves étaient ensuite dépecés, puis leur fourrure, leur viande et leurs os vendus à prix d'or, a précisé le quotidien Nanfang, contrôlé par le Parti communiste de la province du Guangdong.

Ces spectacles, évoquant les jeux du cirque, ont été révélés grâce à une opération policière dans la commune de Zhanjiang, qui a permis de saisir le cadavre d'un tigre récemment tué et divers produits dérivés du félin. Selon le journal, les fauves étaient tués devant un public d'officiels et de personnalités locales, fières d'afficher ainsi leur fortune. «Les tigres étaient vraisemblablement anesthésiés le temps de leur transport. Mais les acheteurs s'assuraient qu'ils étaient bien vivants avant leur mise à mort», a expliqué une source anonyme citée par le quotidien.

Le journal Nanfang a fait aussi référence à une vidéo apparemment tournée de façon clandestine et publiée sur Internet, dans laquelle on voit un tigre prisonnier d'une cage exiguë subir une électrocution avant d'être découpé en morceaux.

VIDEO. Un tigre électrocuté et coupé en morceau

Les os de tigre se vendaient en moyenne 14 000 yuans (1600 euros) le kilo et la viande 1000 yuans (120 euros) le kilo. Cela en faisait des présents de choix destinés aux responsables locaux. Selon la police, un boucher impliqué dans ces actes est suspecté d'avoir tué à lui seul plus de dix tigres. L'homme aurait trouvé la mort en tentant d'échapper aux policiers venus l'arrêter.

Malgré des interdictions officielles, il existe une demande persistante en Chine pour des produits dérivés du tigre (os, griffes, moustaches, pénis..), parés de vertus très controversées dans la médecine traditionnelle chinoise.

Ceci alimente le braconnage ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant