Chine-Daimler coupable de manipulation de prix-presse

le
0

* La Chine presse les fabricants européens de baisser leurs prix * Sur le long terme, les marges des activités en Chine pourraient en pâtir * Pas d'annonce d'une amende pour Daimler (Actualisé avec détails, cours de Bourse) par Brenda Goh SHANGHAI, 18 août (Reuters) - Le constructeur automobile allemand Daimler DAIGn.DE a été reconnu coupable de manipulation de prix dans ses services après-vente en Chine, rapporte lundi l'agence de presse officielle Chine nouvelle, Pékin semblant vouloir accentuer encore d'un cran la pression sur les groupes étrangers. Des marques telles que qu'Audi (groupe Volkswagen VOWG_p.DE ), BMW BMWG.DE et Mercedes-Benz (groupe Daimler), soucieuses de calme l'ire des autorités de régulation les accusant de pratiques anti-concurrentielles, sont actuellement engagées dans une politique de baisse des prix, aussi bien pour de nouveaux modèles que pour des pièces détachées. Daimler, maison mère de Mercedes-Benz, s'est contenté de dire qu'elle coopérait avec les autorités. Malgré les annonces de l'agence Chine nouvelle, le titre Daimler gagnait 2,19% à 61,02 euros dans la dernière heure de transactions à la Bourse de Francfort, évoluant en phase avec l'indice regroupant les valeurs automobiles européennes .SXAP (+2,04%). Toute une série de secteurs d'activité - des fabricants de lait en poudre aux spécialistes de l'électronique - a été passée en revue par les régulateurs chinois ces dernières années, le gouvernement multipliant ses efforts visant à faire respecter par les entreprises étrangères la législation anti-monopole mise en place en 2008. Ce cadre juridique permet à l'autorité chinoise de la concurrence, la Commission nationale du développement et de la réforme (CNFR), d'infliger des amendes pouvant atteindre jusqu'à 10% du chiffre d'affaires réalisé en Chine lors du précédent exercice. UNE ENQUÊTE QUI DÉPASSE LE SEUL SEGMENT HAUT DE GAMME L'agence Chine nouvelle, qui cite le Bureau des prix de la province du Jiangsu, ne fait pas état d'une éventuelle amende à l'encontre de Daimler. Selon les analystes de JP Morgan, le fait que les constructeurs allemands se montrent disposés à baisser leurs prix en Chine diminue le risque d'une amende élevée. Mais, à plus long terme, cela peut peser sur la rentabilité des activités, ajoute le courtier. Le Bureau des prix de la province du Jiangsu, qui a ouvert son enquête le mois dernier, a trouvé des preuves de comportements anticoncurrentiels après des perquisitions dans des concessions automobiles et dans les locaux de Shanghai de Mercedes-Benz. "C'est un cas caractéristique de monopole vertical que le constructeur automobile a employé en utilisant une position dominante pour contrôler le prix de ses pièces détachées, des réparations et de ses services de maintenance sur les marchés d'aval", a déclaré Zhou Gao, qui dirige les enquêtes dans les dossier de concurrence dans la province du Jiangsu, cité Chine nouvelle. Avant Daimler, Audi a également été accusées de pratiques anti-concurrentielles par les autorités chinoises. Les japonais Toyota 7203.T , Honda 7267.T et Nissan 7201.T sont également dans le viseur de Pékin, ce qui suggère que l'enquête va au-delà du seul segment haut de gamme. ID:nL6N0QJ3TQ , ID:nL6N0QG0T7 Mercredi dernier, la Chambre de commerce européenne a dit convenir du fait que l'application de la loi anti-monopole contribuera à développer une "économie de marché saine" en Chine, tout en se disant inquiète de la manière dont étaient conduites les enquêtes. ID:nL6N0QJ2N5 (Nicolas Delame et Benoît Van Overstraeten pour le service français)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant