Chine/Commerce-Ecarts entres chiffres mensuels et annuels

le
0

par Xiaoyi Shao et Pete Sweeney PEKIN/SHANGHAI, 13 octobre (Reuters) - Les exportations de la Chine ont moins baissé que prévu en septembre, et les chiffres mensuels attestent même d'une modeste reprise durant l'été, mais un recul sensible des importations semble plaider pour une nouvelle intervention de l'Etat en vue d'épargner au pays un ralentissement économique encore plus marqué. Les exportations ont baissé de 3,7% par rapport à septembre 2014, après un recul de 5,5% en août et une contraction de 6,3% anticipée par des économistes interrogés par Reuters. Les importations ont chuté de plus de 20% et accusent leur 11e mois consécutif de repli, conséquence d'une baisse des prix des matières premières et d'une demande intérieure anémiée qui n'arrangent en rien les efforts entrepris par Pékin pour prévenir une déflation. Les échanges commerciaux de la Chine se sont contractés de 8,1% de janvier à septembre par rapport à la même période de 2014, ce qui est très loin de l'objectif officiel d'une croissance de 6% sur l'ensemble de l'année. Pour autant, les exportations ont augmenté partout en septembre, excepté vers Taïwan, tout comme les importations, par rapport à août. Julian Evans-Pritchard, de Capital Economics, recommande de suivre plutôt les tendances mensuelles, qui attestent d'une croissance régulière vers la plupart des grands marchés à l'exportation aux Etats-Unis et en Europe durant l'été. Il explique que les variations annuelles risquent d'être faussées par des effets de base liés à la solide performance à l'exportation de la fin 2014, que d'aucuns attribuent à de la spéculation sur le yuan maquillée en négoce. "Fondamentalement, les exportations vont mieux depuis le deuxième trimestre mais cette tendance est masquée par les variations annuelles car le second semestre 2014 a été réellement costaud", dit-il. Evans-Pritchard ajoute que les statistiques des importations ne sont plus fiables en raison des énormes variations de prix induites par le marasme des matières premières et des divergences entre valeur et volume. "Pour ce qui concerne les grandes matières premières comme le pétrole, le cuivre etc... nous observons en fait une tendance tout à fait correcte des volumes importés", observe-t-il. Les volumes importés sont un indicateur avancé des exportations chinoises de par les matières premières et pièces réexportées dans des produits finis. "Le chiffre des importations de septembre n'augure rien de bon pour la production industrielle et l'investissement productif", écrivent des économistes d'ANZ. "La dynamique générale de croissance est restée faible le mois dernier et le PIB du troisième trimestre attendu lundi prochain (19 octobre) aura sans doute vu sa croissance reculer à 6,4% contre 7% au premier semestre". L'Administration générale des douanes a dit mardi que la Chine avait enregistré en septembre un excédent commercial de 60,34 milliards de dollars (53,11 milliards d'euros), supérieur au consensus qui le donnait à 46,8 milliards. (Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant