Chine : chute d'un prétendant au pouvoir

le
0
Le limogeage de ce grand baron du pouvoir communiste, ancien ministre du Commerce et maire de la mégalopole de Chongqing, illustre l'intensité de la bataille qui se livre au cœur du pouvoir, avant la désignation à l'automne des dirigeants de la Chine pour les dix prochaines années.

Il était le plus flamboyant et peut-être aussi le plus ambitieux des hommes politiques chinois. Bo Xilai est tombé jeudi matin, limogé de ses fonctions de patron du Parti de Chongqing, cette folle mégapole aux 30 millions d'habitants. Si l'affaire est si importante, c'est qu'elle concerne un des grands barons du pouvoir communiste.

Bo Xilai était l'un des prétendants à un siège au sein du Comité permanent du Politburo, qui va être renouvelé fin 2012. Le cœur du pouvoir chinois, fort de seulement neuf membres. Le destin national de cet ancien ministre du Commerce a sans doute été définitivement stoppé.

Toute la Chine se passionne pour l'affaire

L'affaire durait depuis plus d'un mois. Depuis une rocambolesque histoire survenue le 6 février à Chengdu, la capitale du Sichuan située à trois heures de route de Chongqing.

Ce jour-là, Wang Lijun, vice-maire, patron de la police et héros de la lutte contre les triades se rend au consulat américain pour ce qui ressemble à un

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant