Chine-2 condamnés à mort pour le meurtre d'un religieux tibétain

le
0
    PEKIN, 1er février (Reuters) - Deux hommes ont été condamnés 
à mort pour le meurtre d'un dignitaire religieux tibétain, ont 
annoncé dimanche les médias d'Etat chinois, dans l'une des 
affaires de meurtre les plus suivies au Tibet. 
    Choje Akong Tulku Rinpoche, qui s'était exilé en Ecosse et 
avait pris la nationalité britannique, était l'un des premiers à 
avoir enseigné le bouddhisme tibétain à des Occidentaux. 
    Son neveu, son chauffeur et lui avaient été tués à Chengdu, 
dans le sud-ouest de la Chine, en octobre 2013. La police avait 
conclu à un conflit d'argent. 
    L'un des condamnés, Thubten Kunsal, avait travaillé au sein 
du monastère d'Akong Rinpoche en Grande-Bretagne entre 2002 et 
2011, a annoncé le tribunal de Chengdu dans un communiqué publié 
dimanche par l'agence d'Etat Chine nouvelle. 
    Il a été condamné à la peine capitale avec un autre homme, 
Tsering Paljor, pour avoir poignardé les trois hommes à mort 
lors d'une dispute portant sur 2,7 millions de yuans (378.000 
euros) qu'il réclamait comme salaires. 
    Un troisième homme a été condamné à trois ans de prison pour 
avoir caché les couteaux utilisés lors du meurtre. 
    Malgré les aveux des accusés, des doutes ont été émis quant 
aux circonstances du triple meurtre, soulignant la méfiance de 
nombre de Tibétains  à l'égard du gouvernement chinois, qui 
administre d'une main de fer la région depuis sa "libération 
pacifique" en 1950. 
    Des experts ont évoqué l'hypothèse --largement partagée au 
sein de la communauté tibétaine en exil-- d'un meurtre à 
caractère politique mais aucune preuve n'est venue étayer cette 
thèse. 
     
 
 (Michael Martina; Julie Carriat pour le service français, édité 
par Marc Angrand) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant