Chili : les défis de Michelle Bachelet

le
0
Michelle Bachelet a été élue à la présidence chilienne haut la main dimanche, mais avec une très forte abstention.
Michelle Bachelet a été élue à la présidence chilienne haut la main dimanche, mais avec une très forte abstention.

Avec 62 % des voix, Michelle Bachelet a remporté haut la main son pari : revenir à la présidence chilienne. Elle remplacera le chef d'État de droite Sebastián Piñera, très impopulaire, le mois de mars prochain. Décontractée et chaleureuse derrière ses lunettes, l'ex-présidente du Chili de 2006 à 2010 a savamment orchestré sa réélection, après trois ans passés à New York à la tête de l'agence ONU Femmes. Mais le taux d'abstention record de l'élection de dimanche - 58 %, soit presque 8 millions de Chiliens - est un message fort à Michelle Bachelet. Sa tâche ne sera pas facile, tant la population exprime désormais ses revendications, comme l'ont montré les manifestations massives de 2011. "Michelle a changé, mais la société chilienne aussi, car elle est beaucoup plus exigeante", avertit Simón Peretta, un électeur d'Antofagasta, dans le nord du pays, qui a voté pour elle dimanche.Depuis son entrée en politique, tout sourit à cette descendante d'un vigneron de Bourgogne immigré au Chili. Ministre de la Santé (2000-2002) de Ricardo Lagos, cette femme médecin réussit la prouesse d'en finir avec les queues interminables dans les centres de consultations médicales publiques. Première femme d'Amérique latine devenue ministre de la Défense (2002-2004), elle a aussi le sens du symbole, comme en 2002, lorsqu'elle - fille d'un général tué pendant la dictature de Pinochet - monte sur un char pour participer aux secours, après de graves...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant