Chiellini fait la pluie et le beau temps

le
0

L'Italie s'est fait peur, mais l'Italie s'impose. Au terme d'un match poussif et imprécis, les Italiens ont pu compter sur Giorgio Chiellini, auteur d'un doublé (et d'un csc!) pour venir à bout de l'Azerbaïdjan.

Italie - Azerbaïdjan 2-1
Buts : Chiellini 44' et 82' pour l'Italie / Chiellini (csc) 77' pour l'Azerbaïdjan

Que de difficultés pour battre l'Azerbaïdjan. Mais grâce à deux coups de casque de Giorgio Chiellini, la Squadra Azzurra new look d'Antonio Conte l'emporte. De justesse, certes, mais elle l'emporte. Sans jamais vraiment parvenir à prendre le meilleur sur un adversaire pourtant largement plus faible, la Nazionale s'est faite surprendre sur la seule véritable offensive adverse. Après 90 minutes globalement maitrisées, la formation de Conte aurait pu gagner nettement... comme perdre beaucoup. Elle repart finalement avec les trois points de la victoire, mais, comme souvent, a joué à se faire peur. Une chose est certaine, Antonio Conte n'aura pas trop de deux ans pour mettre en place une formation pleinement compétitive en vue de l'Euro français.
Joue la comme la Juve
Antonio Conte a beau avoir quitté le banc de la Vieille Dame il y a trois mois, rien n'y fait, sa Nazionale ressemble à s'y méprendre à l'équipe qu'il a dirigé pendant trois saisons. Avec cinq titulaires sur onze issus de l'armada noire et blanche, la sélection italienne a longtemps fait figure de Juventus bis plutôt que de véritable équipe nationale. Lors des 45 premières minutes, la Squadra a fait jeu égal avec son maigre adversaire du soir malgré une possession de balle nettement supérieure. Quant au jeu proposé, on se serait cru sur la pelouse du Juventus Stadium, un dimanche après-midi, face à une équipe du ventre mou de Serie A.

Dominateurs et maîtres de leur sujet, les Azzurri attendent la 25e minute pour donner la première suée à leur adversaire sur un corner du revenant Pirlo et une tête plongeante de Bonucci (25e), encore bouillant après son but fou inscrit ce week-end face à la Roma. Bloqués au centre du terrain, imprécis dans la dernière passe, les Italiens ne parviennent pas à frapper au but ni à bâtir d'actions dangereuses. Un peu à l'image de la Juve depuis quelques temps, la Nazionale "s'abaisse" au niveau de son adversaire et propose un triste spectacle à ses tifosi. Un corner (Pirlo encore) et une tête rageuse plus tard, la Botte se libère enfin grâce à son défenseur juventino, Giorgio Chiellini (44e). De quoi aller au repos plus sereinement.
Merci Giorigio !
Mais même face à un rival à priori...








...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant