Chez Valve, on envisage l'avenir en réalité virtuelle

le
0
Chez Valve, on envisage l'avenir en réalité virtuelle
Chez Valve, on envisage l'avenir en réalité virtuelle

La réalité virtuelle (VR) et augmentée pourraient bien être les technologies les plus influentes actuellement en cours de développement, à en croire un expert en VR travaillant pour Valve, le co-développeur d'HTC Vive.Alan Yates, expert en VR chez Valve, a offert son point de vue sur l'histoire et l'avenir de la réalité virtuelle lors d'une conversation avec des passionnés sur Reddit.

"La réalité arbitrée numériquement est l'une de ces technologies les plus impactantes (...) je n'imagine pas travailler sur quelque chose de plus important en ce moment".

Le casque HTC Vive est commercialisé depuis avril 2016, tout comme l'Oculus Rift et le PlayStation VR à venir en octobre, ils se présentent comme des casques pour les gamers, mais pas uniquement.

Les applications de VR vont bien au-delà du jeu vidéo, surtout que des parcs d'attractions et des fabricants de caméras adoptent peu à peu cette nouvelle technologie.

Par exemple, la collection de mini-jeux gratuits appelée "The Lab" est sortie en même temps que Vive, distribué par la plate-forme de jeux sur PC de Valve, Steam. L'une de ses sections, appelée "Postcards", emmène les joueurs en haut d'une montagne pour leur offrir du tourisme virtuel.

D'autres sections, notamment "Human Medical Scan" et "Solar System", touchent aux domaines de l'éducation, de la science et de la santé.

Au cours de sa conversation sur Reddit, Alan Yates est revenu sur l'historique de son entreprise de Seattle, et s'est souvenu que l'équipe dédiée à la VR était au départ "bien plus réduite que ce qu'elle est devenue".

"Elle représente désormais un tiers de l'entreprise", soit environ une centaine de personnes aujourd'hui selon certaines estimations.

Le programmeur informatique Michael Abrash, qui s'est fait remarquer avec ses programmes innovants en 3D sur "Quake" et d'autres titres dès 1996, avait rejoint Valve en mai 2011, et a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant