Chez Skoda, le "dieselgate" va aussi laisser des traces

le
0
Les Skoda Fabia 1.2 TDI, produites dans l'usine de Mlada Boleslav, en Répulique tchèque, font partie des modèles qui ont été équipés de moteurs fournis par Volkswagen.
Les Skoda Fabia 1.2 TDI, produites dans l'usine de Mlada Boleslav, en Répulique tchèque, font partie des modèles qui ont été équipés de moteurs fournis par Volkswagen.

Les traits sont tirés et les mines plutôt déconfites. Chez Skoda, la douche froide a rafraîchi l'optimisme ambiant. Lorsqu'ils ont appris que leur maison mère avait délibérément mis au point un algorithme pour truquer les émissions de gaz nocifs de ses véhicules, les salariés du constructeur tchèque sont tout d'abord tombés des nues. Mais, au fil des heures, les ouvriers et les cadres de la filiale au logo vert, rachetée en 1991 par le groupe Volkswagen, ont compris que le plus grand scandale de l'histoire de la marque allemande allait également les éclabousser. Les moteurs de type EA189 trafiqués par le premier constructeur automobile au monde se trouvent en effet sous les capots des modèles diesel 1,2L, 1,6 l et 2,0 l TDi des Fabia, Rapid, Octavia, Superb, Roomster et Yeti. En tout, pas moins de 1,2 million de voitures livrées pas Skoda polluent bien plus que prévu. En France, où le groupe a vendu 20 410 automobiles l'an dernier, 66 572 véhicules devront être rapidement ramenés chez un concessionnaire afin de reprogrammer ou de désactiver le logiciel tricheur. Ce rappel va laisser des traces à Mladá Boleslav.

Cette ville de 45 000 habitants, située à 50 kilomètres au nord-est de Prague, est pour Skoda ce que Wolfsburg représente pour Volkswagen. Le constructeur tchèque emploie, en effet, 20 000 personnes dans cette usine entièrement rénovée où des robots autonomes tirent des chariots remplis de pièces détachées pour les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant