Chevènement fait peser sur le PS la menace de sa candidature 

le
0
L'ancien ministre, qui avait contribué à faire perdre Lionel Jospin en 2002, juge sa présence à l'élection présidentielle de 2012 de plus en plus «inéluctable».

Pour préparer le projet présidentiel du PS, Guillaume Bachelay a notamment lu un livre. Il s'est plongé dans La France est-elle finie ? de Jean-Pierre Chevènement. De tous les textes dont il s'est nourri, c'est l'un de ceux qui ont le plus intéressé la plume du PS et rapporteur du texte. Dans cet ouvrage, paru en janvier et salué par la critique, l'ancien ministre de François Mitterrand et de Lionel Jospin analyse la dérive de la France menacée, à ses yeux, par une «sortie de l'Histoire». Guillaume Bachelay y a retrouvé ses propres thèmes de prédilection sur la crise de l'Europe. Une réflexion indispensable, selon lui, pour penser les enjeux de 2012.

Mais en lisant le projet du PS, Jean-Pierre Chevènement n'a pas dû s'y reconnaître… À un an de l'élection présidentielle, le président d'honneur du Mouvement radical et citoyen (MRC) juge sa propre candidature «de plus en plus comme une nécessité inéluctable». Si le MRC est une formation très marginale, C

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant