Chevènement doute d'Hollande

le
2
Pour le sénateur de Belfort, le chef de file socialiste «est un bon candidat par temps calme».

Déterminé à peser. À 72 ans, Jean-Pierre Chevènement se lance à nouveau dans l'aventure présidentielle pour «faire bouger les lignes». Persuadé que sa candidature «sert le pays» et que son expression «élève le niveau du débat», le sénateur de Belfort a annoncé sa candidature le 5 novembre pour faire entendre la voix des «républicains de gauche». Le sénateur du Territoire de Berfort dénonce ouvertement l'accord passé entre le PS et les Verts et se dit «fermement opposé à la suppression du tiers de nos centrales nucléaires». Il estime que le PS a concédé «beaucoup trop de circonscriptions aux Verts» qui sont, selon lui, «en situation de chantage potentiel». Il invite François Hollande à «ne pas se sentir lié par des alliances entre partis». Et ajoute: « L'élection présidentielle ne s'accommode pas d'une formule comme la gauche plurielle, une combinaison politicienne créée pour gagner les législatives de 1997».

Chevènement explique

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • georg199 le vendredi 16 déc 2011 à 00:13

    Bravo Mr Chevènement, même s'il ne sera pas déterminant aux présidetielles il peut arriver à faire ouvrir les yeux à beaucoup de Français

  • Ross007 le jeudi 15 déc 2011 à 23:39

    Vu ses résultats de légende dans les scrutins précédents, M. Chevènement est-il bien placé pour conseiller qui que soit ?