Chevaline : le frère accuse la police française

le
1
VIDÉO - Dans ses premières interviews aux médias, Zaïd al-Hilli accuse les enquêteurs de «couvrir quelqu'un en France» et reste persuadé que la véritable cible du tueur était Sylvain Mollier, le cycliste retrouvé mort à proximité des al-Hilli.

«Les Français, je ne leur fais pas du tout confiance». Pour ses premières interviews au Sunday Times et à la BBC, Zaïd al-Hilli, le principal suspect dans l'affaire de la tuerie de Chevaline en septembre 2012 et frère d'une des victimes, accable la police française. L'homme d'affaires de 54 ans avait été placé en garde à vue en juin puis relâché faute de charges suffisantes. Il accuse les enquêteurs de «couvrir quelqu'un en France» et de s'être montrés «cruels et sadiques et empreints de sectarisme» à son égard en privilégiant comme mobile de la tuerie le désaccord autour de l'héritage familial des Hilli portant sur plusieurs millions d'euros.

Zaïd al-Hilli est persuadé que la véritable cible du tueur ét...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le dimanche 20 oct 2013 à 13:00

    l'assassin est il un irakien immigré d'une famille richissime, avec un mobile d'enrichissement évident, ou bien des fonctionnaires de police française. Suspens....j'ai bien une idée de renvoyer ce pseudo moricaud en irak se faire pendre par la faction qu'il voudra