Chérèque juge la crédibilité de Ghosn entamée chez Renault

le
0
Le secrétaire général de la CFDT juge utile qu'un débat sur l'avenir de la filière nucléaire s'ouvre en France.

Invité dimanche du «Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI», François Chérèque est revenu sur la fausse affaire d'espionnage chez Renault. «La direction a fait preuve de beaucoup de légèreté», a accusé le secrétaire général de la CFDT. François Chérèque ne demande pas pour autant le départ du PDG du constructeur automobile, «pour ne pas déstabiliser davantage l'entreprise». Des mots également employés par Éric Besson, le ministre de l'Industrie, qui s'exprimait lui sur TV5.

Il n'empêche. Pour François Chérèque, «la crédibilité de Carlos Ghosn est entamée». Le leader syndical juge «normal» que le patron de Renault renonce à sa part variable 2010, qu'il avait pu se constituer «grâce au soutien des États au secteur automobile pendant la crise et aux suppressions d'emplois survenues dans l'entreprise». Selon le chef de file de la CFDT, dont la centrale défend l'un des trois cadres licenciés, il aurait été «immoral» que Carlos Ghosn garde ces bonus.

Le...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant