Cheminots, pilotes, marins, routiers : un lourd calendrier social à venir

le , mis à jour à 12:14
7
Cheminots, pilotes, marins, routiers : un lourd calendrier social à venir
Cheminots, pilotes, marins, routiers : un lourd calendrier social à venir

Dans les QG des syndicats (CGT, FO, SUD, FSU...) qui veulent la peau de la loi Travail, la question obsède : la grosse colère ravivée par le recours au 49-3 va-t-elle rameuter le bataillon de manifestants nécessaire pour faire plier le gouvernement ? Philippe Martinez (CGT), Jean-Claude Mailly (FO) comme les autres va-t-en guerre ont en tête le scénario du mouvement anti-CPE (contrat premier embauche) de 2006. Deux mois après l'adoption de la loi par le Parlement et dix jours après sa validation par le Conseil constitutionnel Dominique de Villepin (le Premier ministre) jetait l'éponge fin avril. La loi était alors retirée, signant une incroyable victoire syndicale après trois mois (février-mars-avril) d'une mobilisation conduite par les étudiants et lycéens, et soutenue par la plupart des syndicats. Un épisode qu'ils veulent rejouer aujourd'hui. Sauf que le scénario est un peu différent. Si le mouvement a commencé en février, les lycéens et les étudiants sont dorénavant en période d'examen. Ou sur le point de l'être. Les casseurs ont fini par faire fuir aussi certains manifestants. Les journées de grève commencent aussi à peser sur le porte-monnaie des salariés obligés de se mettre en grève pour manifester. Et les troupes sont un peu fatiguées. Voilà pourquoi les syndicats anti-loi Travail cherchent à étendre le mouvement à de nouvelles recrues. Et à surfer, à un mois du début de l'Euro de foot, sur d'autres mécontentements dès la semaine prochaine en plus des deux journées de grève contre la loi des 17 et 19 mai.

Chez les routiers, la CGT et FO appellent à un mouvement reconductible à partir de la nuit du 16 au 17 mai. « La loi El Khomri aura directement un impact sur nos rémunérations, a analysé Jérôme Vérité, secrétaire général de la CGT-Transports. Les heures supplémentaires seront moins bien payées. Jusqu'à 1 300 € en moins sur un an. » Un mouvement qui concerne les salariés et non les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 11 mois

    Vous l'avez voulu comme président , vous l'aurez jusqu’à la fin de son mandat.

  • M8842851 il y a 11 mois

    Quand va-t-on enfin rétablir la loi anti-casseur supprimée par Mitterand ??

  • bearnhar il y a 11 mois

    On laisse quasiment faire les casseurs, maintenant ça commence à s'attaquer aux militaires...Si ces gens ont un problème avec quelqu'un, ils vont s'attaquer au vrai responsable quand ? A part bruler la voiture de leur voisin de pallier et s'attaquer à ceux qui n'y sont pour rien, ils savent faire quoi ? Et bien rien du tout. On nomme cela des bons à rien. On fait sauter les aides sociales aux casseurs quand ? On leur fait payer les dégats quand ?

  • bearnhar il y a 11 mois

    Marins ? Lesquels ? La peche va beaucoup mieux cela a été dit, merci les quotas Européens au passage. Ce doit etre ceux de la SNCM, ça va jamais bien pour ces gens.

  • bearnhar il y a 11 mois

    Je comprend pas le mécontentement de la CGT qui en 2012 avait ordonné de battre Sarkozy !! Ce syndicat, et d'autres, continuent de conseiller au peuple pour qui voter, c'est vrai que le citoyen seul il ne comprend rien. Passé 2017 il va falloir renvoyer ces gens dans leur niche. Sinon, toujours pas de condamnation de casseurs à payer les dégats ? Depuis quand on ne condamne plus ? Donc, facture de millions d'€ pour le contribuable qui ne casse rien, sympa...

  • bearnhar il y a 11 mois

    Ormis les routiers dont la vie a été bradée car nos politiques leur ont collé dans les pattes une concurrence scandaleuse, quasiment tous les autres ont voté Hollande. Résultat nous avons la double peine, subir la politique d'Hollande qui a commencé par perdre deux ans, plus le désordre du au mécontentement de ceux qui ont voté pour lui. Ils veulent plus de gauche ? On va vous en donner vous allez voir, nous on ne s'abstient pas on vote.

  • Alananas il y a 11 mois

    "Dans les QG des syndicats (CGT, FO, SUD, FSU...) qui veulent la peau de la loi Travail". Ils veulent surtout la peau de l'économie.