ChemChina et Sinochem seraient en pourparler pour une fusion

le
0
CHEMCHINA ET SINOCHEM DISCUTERAIENT D'UNE FUSION
CHEMCHINA ET SINOCHEM DISCUTERAIENT D'UNE FUSION

par Chen Aizhu

PEKIN (Reuters) - Les groupes publics chinois ChemChina et Sinochem discutent d'une éventuelle fusion susceptible de créer un géant de la chimie, des engrais et du pétrole totalisant près de 100 milliards de dollars (91 milliards d'euros) de chiffre d'affaires annuel, rapportent trois personnes proches des négociations.

Le projet a été proposé par le gouvernement chinois en vue de diminuer le nombre de sociétés publiques et de concentrer le secteur en créant des acteurs compétitifs au niveau mondial, précisent-elles.

"Le gouvernement a laissé Sinochem prendre la main pour une éventuelle fusion avec ChemChina", a dit l'une des personnes.

L'action Sinochem a pris vendredi 9,99% à la Bourse de Shanghai, la plus forte progression de son indice composite, qui a terminé proche de l'équilibre.

Les directions des deux groupes se sont réunies cette semaine pour discuter d'une éventuelle fusion, précise l'une des personnes au fait du dossier, requérant l'anonymat.

Interrogé sur le sujet, un porte-parole de ChemChina a démenti tout projet. Sinochem a dit ne pas être au courant des discussions. La Commission d'administration et de supervision des actifs publics (Sasac) n'a pas souhaité faire de commentaire.

Ces discussions préliminaires entre les deux groupes chinois interviennent au moment où ChemChina met la dernière main à une offre de 43 milliards de dollars sur le groupe suisse d'agrochimie Syngenta, dont le titre perd vendredi 1,85% à Zurich, la plus forte baisse de l'indice paneuropéen FTSEurofirst 300.

Dans un secteur en pleine concentration, le géant allemand de la pharmacie et de l'agrochimie Bayer a annoncé le mois dernier avoir convaincu le spécialiste américain des semences Monsanto d'accepter une offre d'achat de 66 milliards de dollars.

Plusieurs fusions sont en cours dans le cadre de la politique de concentration menée par les autorités chinoises, notamment entre les transporteurs maritimes Cosco et China Shipping Group ainsi qu'entre les sidérurgistes Baosteel Iron et Wuhan.

ChemChina et Sinochem fabriquent un peu de tout, des produits pétroliers aux insecticides en passant par les gants en latex. En se basant sur les données de 2015, leurs chiffres d'affaires cumulés permettraient à un groupe né de leur union de dépasser largement l'allemand BASF, actuel numéro un de la chimie industrielle.

(avec Florence Tan à Singapour et Matthew Miller et Meng Meng à Pékin; Julie Carriat et Patrick Vignal pour le service français)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant