Chelsea surclasse Liverpool

le
0

Malgré une bonne entame, Liverpool n'a pas réussi à arrêter le train Blues lancé à pleine vitesse. Cahill et Costa permettent à Chelsea de creuser l'écart en tête du classement, tandis les Reds s'enfoncent.
Liverpool - Chelsea
(1-2)

E. Can (9') pour Liverpool , G. Cahill (14'), Diego Costa (67') pour Chelsea.



La route est dégagée devant Emre Can. A l'horizon, quelques véhicules bleus en stationnement observent son avancée, inexorable, vers les buts de Courtois. L'impact n'est pas proche, mais le milieu de Liverpool décide de mettre fin à sa folle course au milieu de l'autoroute qui mène à Chelsea. La frappe est sèche, rectiligne, mais n'évitera pas la collision avec le dos de Gary Cahill. En observant son ballon prendre le chemin des filets dès la 8e minute, Can vient de justifier sa titularisation et de concrétiser la bonne entame des Reds. Une mise en route parfaite, célébrée comme une victoire à l'Euromillions par l'intéressé, qui ne suffira toutefois pas à tromper sur l'identité de la vraie cylindrée du jour. Car Chelsea, sûr de sa puissance, n'a pas tardé à rouler sur des Reds étouffés par la pression. Anfield mesure, encore une fois, l'écart qui sépare ce Liverpool moyen de ce Chelsea dont émane plus de sérénité qu'un congrès bouddhiste. La saison risque d'être longue sur les bords de la Mersey.
Merci la goal-line technology
Pour remettre les siens sur les rails, Brendan Rodgers expérimente encore au moment de dévoiler son 11 de départ. Dans la lignée de sa performance face au Real, Can est ainsi aligné aux côtés de Coutinho et Gerrard, pour tenter d'abreuver Balotelli, toujours puceau en Premier League. 10 minutes durant, avec en point d'orgue cette ouverture du score, Liverpool conteste d'ailleurs le règne du milieu aux hommes de Mourinho. Une illusion. A la 13e minute, sur corner, Gary Cahill venge son dos malheureux et balance un missile à bout portant que Mignolet repousse, mais derrière sa ligne de but. Goal line technology de sortie, Chelsea n'a plus qu'à entamer sa marche en avant. Car si le milieu des Reds donne quelques gages de satisfaction en matière de créativité, la récupération devient problématique, les relances imprécises et la pression constante. Pendant que Diego...









Liverpool - Chelsea
(1-2)

E. Can (9') pour Liverpool , G. Cahill (14'), Diego Costa (67') pour Chelsea.



La route est dégagée devant Emre Can. A l'horizon, quelques véhicules bleus en stationnement observent son avancée, inexorable, vers les buts de Courtois. L'impact n'est pas proche, mais le milieu de Liverpool décide de mettre fin à sa folle course au milieu de l'autoroute qui mène à Chelsea. La frappe est sèche, rectiligne, mais n'évitera pas la collision avec le dos de Gary Cahill. En observant son ballon prendre le chemin des filets dès la 8e minute, Can vient de justifier sa titularisation et de concrétiser la bonne entame des Reds. Une mise en route parfaite, célébrée comme une victoire à l'Euromillions par l'intéressé, qui ne suffira toutefois pas à tromper sur l'identité de la vraie cylindrée du jour. Car Chelsea, sûr de sa puissance, n'a pas tardé à rouler sur des Reds étouffés par la pression. Anfield mesure, encore une fois, l'écart qui sépare ce Liverpool moyen de ce Chelsea dont émane plus de sérénité qu'un congrès bouddhiste. La saison risque d'être longue sur les bords de la Mersey.
Merci la goal-line technology
Pour remettre les siens sur les rails, Brendan Rodgers expérimente encore au moment de dévoiler son 11 de départ. Dans la lignée de sa performance face au Real, Can est ainsi aligné aux côtés de Coutinho et Gerrard, pour tenter d'abreuver Balotelli, toujours puceau en Premier League. 10 minutes durant, avec en point d'orgue cette ouverture du score, Liverpool conteste d'ailleurs le règne du milieu aux hommes de Mourinho. Une illusion. A la 13e minute, sur corner, Gary Cahill venge son dos malheureux et balance un missile à bout portant que Mignolet repousse, mais derrière sa ligne de but. Goal line technology de sortie, Chelsea n'a plus qu'à entamer sa marche en avant. Car si le milieu des Reds donne quelques gages de satisfaction en matière de créativité, la récupération devient problématique, les relances imprécises et la pression constante. Pendant que Diego...








...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant