Chelsea mange le cerveau d'Arsenal, comme d'habitude

le
0
Chelsea mange le cerveau d'Arsenal, comme d'habitude
Chelsea mange le cerveau d'Arsenal, comme d'habitude

Sans briller, les joueurs de Mourinho s'impose contre Arsenal (2-0), une nouvelle fois frustré après des expulsions qui font débat.

Chelsea 2-0 Arsenal

Buts : Zouma (53e), Hazard (91e) pour les Blues

Le coup des deux frères que tout oppose. Celui qui profite, celui qui subit. Arsenal, Chelsea, les voisins londoniens du haut de tableau de Premier League, ont rejoué la pièce qu'ils ont déjà exécuté à maintes reprises. Arsenal, l'équipe qui joue bien, repart une main devant, une main derrière, avec des joueurs prochainement suspendus. Chelsea, sans prendre énormément de risques, encaisse les trois points. Dans les rôles des symboles, deux nouveaux, deux stoppeurs. Les deux joueurs qui étaient alignés aux côtés des dix autres titulaires habituels. Kurt Zouma d'un côté, qui prend un malin plaisir à charger dans les duels et qui va marquer de la tête sur coup franc en supériorité numérique. Un mental à tout épreuve. De l'autre Gabriel Paulista, qui tombe dans le panneau de Diego Costa et précipite la chute de son équipe, la laissant à 10 avant même la pause.

Diego Costa fait du Diego Costa... et ça marche toujours !


Wenger et Mourinho ont eu beau dédramatiser ce choc dans la semaine, assurant que l'on était qu'en septembre, il y a des faits qui ne trompent pas. Pour ce choc, les équipe-types sont de sortie. Juste donc de quoi remplacer Mertesacker, blessé, et John Terry, sagement posé sur le banc de touche. Très vite, les habitudes des deux équipes reviennent. La première mi-temps de ce match est le parfait exemple pour une personne qui veut expliquer l'ascendant psychologique dans le football. Arsenal, l'équipe la plus en forme depuis le début de saison, attaque et tente de trouver Walcott dans la profondeur dès que possible. Mais l'Anglais et ses coéquipiers tremblent et se compliquent la vie une fois dans la zone de vérité.

Tout l'inverse de Blues qui reprennent confiance face à un de ses adversaires préférés. Heureusement pour eux, les Canonniers peuvent compter sur un portier rassurant, qui sait parfaitement gérer ce genre d'atmosphère. En même temps, Cech jouait dans l'autre camp l'an…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant