Chelsea : le changement, c'est pour quand ?

le
0
Chelsea : le changement, c'est pour quand ?
Chelsea : le changement, c'est pour quand ?

Alors que l'arrivée d'Antonio Conte devait révolutionner la machine bleue, cette dernière ressemble pour l'instant étrangement à celle de la saison dernière. Dès lors, certains choix de l'Italien posent question.

Il était attendu comme le sauveur. Un peu trop, sans doute. Mais qui pourrait reprocher à un supporter de croire à un espoir un peu fou, exagéré ? Alors, quand Antonio Conte est arrivé, après avoir brillé avec la sélection italienne lors d'un Euro 2016 dont il aura été l'une des stars, les fans de Chelsea se sont pris au jeu. Et l'ont adoubé. Lui réussirait là où Guus Hiddink avait plus ou moins échoué. Il devait être celui qui relèverait leur club. Celui qui le remonterait tout en haut de la scène nationale, avant de s'attaquer à la continentale. Lui, l'Italien, il parviendrait à bousculer les codes anglais et réinstallerait une âme dans une équipe qui se cherche depuis bien plus qu'un an.


Les trois premières journées ont d'ailleurs maintenu ce rêve. Chelsea jouait plutôt bien, l'animation offensive était encourageante, Eden Hazard rayonnait. Puis est arrivé ce maudit Liverpool qui, en une seule mi-temps, a balayé des esprits toutes les apparences de ce début de saison 2016-2017. Car oui, le Chelsea qui a passé les 45 premières minutes face à Liverpool ressemblait comme deux gouttes d'eau à celui de l'année dernière. Les mêmes joueurs, la même passivité pour la même conséquence – pas d'occasion et des buts encaissés.

Loin, très loin de la Squadra


Si l'on voulait être très sévère, et si l'on prenait cette mi-temps comme seul modèle, on pourrait dire que la tactique globale n'a pas évolué d'un pouce. Chelsea serait alors toujours une équipe attentiste, qui ne souhaite pas faire le jeu, qui ne kiffe pas franchement la possession de balle et qui s'expose donc aux manœuvres de l'adversaire, préférant parier sur un éventuel contre ou un coup de pied arrêté de Willian. Ce n'est pas faux, mais pas non plus tout à fait exact. Aujourd'hui, même si elles sont encore trop rares, de belles séquences offensives existent, comme on a pu l'observer lors de la deuxième période contre Liverpool. Non, ce qui n'a pas changé, c'est cette dangereuse absence de sérénité, quel que soit le score. À Swansea, les Blues étaient largement meilleurs. Ils l'ont d'ailleurs montré. Ce qui ne les a pas empêchés de manger deux pions en…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant