Chefs d'entreprise : le grand ras-le-bol

le
69
Les patrons réunis à Lyon par le Medef et la CGPME sortent leur carton jaune contre le gouvernement, le 8 octobre 2013.
Les patrons réunis à Lyon par le Medef et la CGPME sortent leur carton jaune contre le gouvernement, le 8 octobre 2013.

Octobre 2013, le patronat sortait son "carton jaune" contre le gouvernement. Une fois n'est pas coutume, la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) et le Medef s'étaient entendus pour mener une action spectaculaire en commun. Plus d'un an après, c'est comme si rien n'avait changé. Le disque semble rayé. François Hollande a beau avoir fait voter le premier train de son pacte de responsabilité, les représentants patronaux ne désarment pas. Du 1er au 5 décembre, CGPME, Medef et UPa (artisans), vont exprimer "le ras-le-bol" des chefs d'entreprise "sur le terrain". Division sur la forme, accord sur le fondIl y a certes des différences d'approche sur la méthode. La CGPME veut occuper la rue avec des défilés, à Paris et à Toulouse, notamment. "C'est une mobilisation et non une manifestation", a au contraire assuré Pierre Gattaz lors de sa conférence de presse mensuelle mardi matin. Le président du Medef ne veut pas laisser penser que les chefs d'entreprise seraient uniquement dans la protestation. Son organisation préfère inviter les élus, mais aussi les préfets, à venir écouter des témoignages de chefs d'entreprise de toute taille au cours de réunions, "de 18 à 20 heures", pour "faire de la pédagogie". Tous se verront remettre un "manifeste" énumérant "les mesures concrètes tant attendues". Mais au-delà de leurs différences sur les modalités du mouvement, force est de constater le durcissement de leur...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • d.jousse le jeudi 20 nov 2014 à 11:02

    nlecomte : le CICE n'est autre qu'une restitution partielle de surtaxes. et non un cadeau. L'état collecteur et redistributeur on voit ce que ça finit par donner : des chômeurs. Sinon, rangez votre Germinal à la cave. Cette époque est révolue.

  • 11246605 le jeudi 20 nov 2014 à 10:17

    nlecomte, à part votre patron, en connaissez vous d'autres ? Ceux qui mettent de côté leur vie de famille pour essayer de gérer une boîte le mieux possible parce qu'ils ont la responsabilité de leurs salariés. Ceux sur qui on tape quand la boîte va mal, ceux qui rendent des comptes aux prud'hommes etc...A vous entendre, tous les patrons sont des voyous et les ouvriers des anges.

  • M1531771 le jeudi 20 nov 2014 à 09:52

    J'adore ceux qui tapent sur les patrons à longueur de journée, et curieusement j'ai envie de leur dire... "Si c'est si simple, pourquoi ne pas créer votre propre boite, entreprendre et créer de la richesse que vous pourrez redistribuer ensuite à votre guise puisque cela à l'air si simple à vous entendre et à vous lire...?!?" Mais hélas...! MDR

  • M1531771 le jeudi 20 nov 2014 à 09:50

    Et ce n'est que le début...!!!

  • miez1804 le jeudi 20 nov 2014 à 09:27

    @nlecomte: si en France on a les patrons les plus pleurnicheurs et le plus nul il y a bien une raison...............(politique surtout).

  • M1535195 le jeudi 20 nov 2014 à 08:30

    Aujourd'hui un créateur d'entreprise peut espérer prendre son premier salaire entre 3 et 5 ans. Il peut raccourcir ce délai s'il a un solide relationnel sur son marché. Mais la concurrence est telle qu'une jeune entreprise ne peut conquérir un marché (pub, démonstrations, visites clients) et augmenter son besoin de fond de roulement (salaires, stocks, loyers) en même temps.

  • gglafont le mercredi 19 nov 2014 à 23:04

    Ytram les chef d'entreprise n'ont pas de temps a perdre à raconter des bobards pour se faire élire. Sinon ça fera juste des chômeurs en plus. Conduire une entreprise c'est un travail à plein temps 7 jours.

  • gglafont le mercredi 19 nov 2014 à 23:02

    enoriane; les chefs d'entreprise ne sont certainement pas des trouillards et ce sont eux qui emploient l'intégralité des salariés français. Leur avis est plus important que celui des députés et des gens qui ne travaillent pas.

  • enoriane le mercredi 19 nov 2014 à 21:04

    Le chef d'entreprise n'est pas le sauveur suprême. Il fait partie d'un tout qui est la France et dont la contradiction permanente est portée par les français. Le jours où les français diront simplement "oui" à toute initiative, la pays sera plus simple. Pour l'instant avouons le, on est au pays des trouillards et des individualistes ...

  • M3366730 le mercredi 19 nov 2014 à 20:44

    Il faut faire cette réforme : le "régime" de retraite déficitaire des fonctionnaires et spéciaux ponctionnent depuis des années des milliards d'euros dans les fonds AGIRC/ARCCO, CNAVTS et via les contribuables (impôts) : en 2012 en tout + de 57 milliards d'euros !. Donc il faut demander aux fonctionnaires et régimes spéciaux de financer leur déficit par des augmentations drastiques notamment des cotisations salariales.