Chaussettes et matches

le
0
Chaussettes et matches
Chaussettes et matches

Avec Margot Fitze, c'est toujours les mêmes gestes après les matches : un but, un beau geste, des chaussettes offertes. Cette Allemande ne se lasse pas d'offrir des récompenses tricotées aux joueurs de sa petite équipe amateur, dont elle ne rate pas un match.

Ils avaient l'embarras du choix. Margot et Günter Fitze auraient pu être supporters du FC Nuremberg ou de l'Eintracht Francfort, deux des clubs historiques de l'Allemagne, de la Bavière, et de la Franconie. Ils auraient même pu choisir Wurtzbourg, pour faire local. Mais non. Tout au plus ont-ils un faible pour Dortmund, toutefois très loin dans leurs cœurs par rapport à Grafenrheinfeld. Avec 3421 habitants au dernier recensement, ce village n'est guère connu que pour sa centrale nucléaire – fermée en 2015. Mais comme n'importe quel petit village, Grafenrheinfeld possède son équipe de football, qui vivote dans les basses divisions. Ce qui n'empêche certainement pas l'amour fou des époux Fitze pour leur équipe de football. " Je suis née ici, mon mari à Schweinfurt [à moins de dix kilomètres plus au nord] ", explique le plus simplement du monde Margot Fitze. Dès lors, elle a fait allégeance aux Blanc et Noir de son village.

" La mère du football "


Margot Fitze a un beau rire joyeux quand on lui demande les raisons de son amour pour le TSV. Il n'y en a pas vraiment. Et pourtant... " Cela fait plus de 45 ans que je vais à tous les matches. " Oui, pratiquement tous, que ce soit à l'extérieur ou à domicile. Les époux Fitze ne manquent jamais à l'appel du ballon. Par exemple, faisons les comptes cette saison : " Mon mari Günter a été un peu malade, il a raté trois matches. " Un absentéisme faible et plus qu'honorable, surtout s'il y a un certificat médical pour justifier le forfait. Évidemment, les Fitze sont connus par tous au club, des joueurs aux entraîneurs successifs. " Quand ils nous voient, ils viennent nous prendre dans leurs bras. " Ce sont leurs amis et voisins qui jouent... Et surtout des enfants adoptifs, d'une certaine manière. Margot Fitze en rigole encore. " Je suis la maman du football. Mon mari me le dit encore souvent : combien d'enfants tu as donc ? " Ils sont au moins onze, week-end après week-end, à se succéder sur le terrain.

Tri collectif


La particularité de Margot Fitze, c'est qu'elle a une autre passion qui l'amène à tricoter plus qu'Hatem Ben Arfa ou Mario Götze sur un terrain. Parfois pendant quatre ou cinq heures, Margot Fitze ne s'arrête pas. Alors, dans son amour pour Grafenrheinfeld, Margot a choisi depuis une…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant