Chauprade : "Marine Le Pen s'est laissé piéger par Philippot"

le , mis à jour le
0
Interrogé sur l'implication de l'affaire dite « Air Cocaïne » dans sa prise de décision, Aymeric Chauprade a répondu : « Bien sûr, cette affaire est un élément déclencheur. »
Interrogé sur l'implication de l'affaire dite « Air Cocaïne » dans sa prise de décision, Aymeric Chauprade a répondu : « Bien sûr, cette affaire est un élément déclencheur. »

Le député européen Aymeric Chauprade, qui a activement participé à l'exfiltration des deux pilotes français Bruno Odos et Pascal Fauret le 18 octobre dernier, annonce au Figaro

qu'il rompt avec le Front national. « Je quitte le parti à cause de deux trahisons essentielles dont Marine Le Pen s'est rendue coupable, a-t-il confié lundi soir à l'hebdomadaire. La première est d'avoir dessaisi de toutes ses responsabilités, en janvier dernier, l'un de ses principaux collaborateurs. J'ai été son conseiller international, son chef de délégation et le président de la fondation du parti politique européen au Parlement européen. J'ai été dessaisi sous un faux prétexte. (...) La deuxième est beaucoup plus grave. (...) Sous la pression de Florian Philippot, Marine a décidé de se débarrasser de Jean-Marie Le Pen. »

Interrogé sur l'implication de l'affaire dite « Air Cocaïne » dans sa prise de décision, Aymeric Chauprade a répondu : « Bien sûr, cette affaire est un élément déclencheur. Pour Florian Philippot et Marine Le Pen, le risque d'image est plus important que l'engagement pour des valeurs comme la solidarité vis-à-vis de compatriotes confrontés à un vrai déni de justice. Il est plus important que l'engagement par les actes qui va au-delà des mots. Dieu sait pourtant si dans notre société, on reproche souvent aux politiques de n'être que dans les mots. Moi, je suis allé plus loin et j'en suis fier. »

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant