Chauffeur, garde du corps et masseur de Pinot

le , mis à jour à 07:00
0
Chauffeur, garde du corps et masseur de Pinot
Chauffeur, garde du corps et masseur de Pinot

Montauban (Tarn-et-Garonne)

De nos envoyés spéciaux

 

« C'est pas un  masseur, lui, c'est un chauffeur de bus ! » Allongé sur la table de massage, Thibaut Pinot chambre l'homme qui s'affaire sur ses mollets. Thierry Picard, l'intéressé, feint le dépit. Au-delà de cette vanne de bonne guerre, le rôle de cet Ardennais de 58 ans est pourtant bien essentiel. Hier soir encore, à l'issue d'une chaude journée et à la veille de la première ascension d'un col pyrénéen, il s'est une fois de plus appliqué à détendre le leadeur de la formation française.

 

Au sein de l'équipe FDJ, la mission de Thierry Picard ne semble pas avoir de limite. A la base, son rôle est triple : chauffeur du bus, garde du corps de Pinot sur les aires de départ et d'arrivée et masseur du champion de France de chrono. Pour le reste, il multiplie les tâches au gré des besoins : faire tourner les machines à laver, nettoyer le bus où « il ne faut surtout pas qu'il manque quelque chose », ou renforcer un kakémono avec un fil de sac-poubelle...

 

Au sein de la formation de Marc Madiot, qu'il a rejointe en 2009, Thierry répond au surnom de Titi. Il n'est pas peu fier de souligner qu'il est le plus ancien des suiveurs. « C'est moi le grand-père, ici ! » rigole-t-il. Assis dans le bus flambant neuf de la FDJ, il détaille son métier peu banal. « A la Française, nous sommes quatre chauffeurs assistants, explique-t-il. Ça a toujours fonctionné comme ça. Pour certaines courses moins importantes, je masse parfois deux coureurs. » Sur le Tour, un seul corps passe entre ses mains donc, celui de Pinot. « Quand je le masse, il y a des moments où il a envie de parler, d'autres non, confie-t-il sur ces moments essentiels partagés avec le 3e du Tour 2014. Quand la journée s'est mal passée, il vaut mieux ne pas parler avant lui. J'attends, je me mets à sa place. »

 

Avec autant d'occupations, pas étonnant que l'emploi du temps ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant