Châtellerault, pour un verre de Porto .

le
0
Châtellerault, pour un verre de Porto .
Châtellerault, pour un verre de Porto .

Nouvelle rubrique sur sofoot.com. Chaque week-end, nous nous intéresserons, au hasard (enfin, pas vraiment au hasard, en fait) à un club ou match de football amateur. Cette semaine, bienvenue à l'AS des Portugais de Châtellerault.

Située en terre ségolène-royaliste, la commune de Châtellerault a quelques arguments de choix. De jolis ponts surplombant la Vienne, un bassin industriel, de petites places où le café se déguste dès les premières heures de la matinée. Sur l'une d'elles, il n'est d'ailleurs pas rare de croiser un joueur de foot de la ville, qui compte plus de 5 écuries. Derrière le S.O Châtellerault, figure de proue évoluant en CFA2, l'association des Portugais, fondée en 1973 navigue cette saison en DHR. Un club monté par ces immigrés débarqués en Poitou-Charentes au gré du voyage et désireux de s'offrir un peu de bonheur après l'effort : "Ils travaillaient tous la semaine dans des milieux difficiles, comme la maçonnerie" raconte Luis Da Silva, entraîneur du club. "Leur seul loisir, c'était de jouer ou d'aller voir le match le week-end. " Depuis, l'AS des Portugais de Châtellerault s'est ouverte. Ouverte à d'autres nationalités, à d'autres challenges aussi. Passé d'un niveau départemental à l'échelle régionale, le club nourrit saison après saison l'ambition de grimper au-delà des murs de division. Une réussite à la vue des deux dernières décennies, mais une tâche qui s'annonce compliquée cette saison : l'AS pointe à la dernière place du classement. Une vérité à laquelle les joueurs tentent de tordre le cou, sans se départir de l'identité d'un club, qui chérit la troisième mi-temps plus qu'il ne se laisse aller à l'apitoiement.
Départs et débuts
Les raisons de porter le verre haut ne sont pourtant pas légion depuis le début de l'exercice 2014-2015. 6 défaites en 12 rencontres, et une position de lanterne rouge qui ne ravit personne. Pourtant jamais ou presque, l'AS des Portugais de Châtellerault n'a subi de lourd revers, n'a senti un écart de niveau insurmontable par rapport aux autres écuries de la poule. Tout au plus doit-elle s'adapter aux nombreux changements de l'intersaison : "On a perdu 8 titulaires cet été. Et évidemment, on ne remplace pas 8 titulaires comme ça, surtout qu'on n'a le droit qu'à 6 mutés. Les nouveaux qui sont arrivés ont des qualités, mais on est clairement en reconstruction ", explique Tony Grenet, vétéran de l'équipe du haut de ses 42 ans. Le prometteur gardien Florian Guillaume et Jordan Téco, parti du côté de Montmorillon où une place de titulaire et un CDI l'attendaient, ont laissé un vide, pour le moment non comblé. D'autant que dans les...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant