Chasser le lion, c'est permis

le , mis à jour à 07:59
0
Chasser le lion, c'est permis
Chasser le lion, c'est permis

La chasse aux chasseurs est ouverte. Après la mort du lion Cecil, star du parc national Hwange au Zimbabwe, et le tollé international qui a suivi, comparaît aujourd'hui Theo Bronkhorst accusé de ne pas avoir empêché une chasse illégale. C'est lui qui, avec un autre guide, aurait permis à l'Américain Walter James Palmer de traquer le grand fauve en l'appâtant hors de sa réserve protégée. Le Zimbabwe, qui réclame aussi l'extradition du riche dentiste du Minnesota, a annoncé des restrictions sur la grande chasse (lions, éléphants léopards). Mais, à ce jour, chasser le lion est possible dans plusieurs Etats africains.

Les lions sont-ils une espèce menacée ?

Non. Sur la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), qui fait référence, il est simplement considéré comme vulnérable, une des catégories les moins alarmantes. « L'Afrique a perdu 60 % de sa population de lions en trente ans. Ils ne sont plus de 32 000 à l'état sauvage sur tout le continent », détaille Beth Allgood, du Fonds international pour la protection des animaux (Ifaw), qui se bat pour que le lion soit classé espèce en voie de disparition aux Etats-Unis pour interdire l'importation des dépouilles, alors que les Américains sont les plus gros amateurs de safaris.

La chasse est-elle interdite ?

Au Zimbabwe non, hormis dans des zones protégées, comme celle où était Cecil. Dans ce pays, la chasse au trophée, qui consiste à payer des sommes mirobolantes pour tuer un animal et en ramener la tête, la peau ou les griffes, est autorisée dans des réserves privées, dont certaines sont situées à la périphérie du parc. « Bien d'autres pays l'autorisent, comme la Tanzanie, l'Afrique du Sud, le Mozambique ou la Zambie », explique Beth Allgood. Ce dernier pays a réautorisé la chasse aux lions et aux léopards — qui était interdite depuis janvier 2013. En revanche, au Botswana, comme au Kenya, tirer sur un lion ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant