Chassé-croisé sur les routes : ils n'hésitent pas à décaler leur départ

le , mis à jour à 07:32
0
Chassé-croisé sur les routes : ils n'hésitent pas à décaler leur départ
Chassé-croisé sur les routes : ils n'hésitent pas à décaler leur départ

Pour eux, les bouchons, c'est de l'histoire ancienne. « Mais il ne faut pas le dire trop fort, sinon tout le monde fera comme nous », s'amuse Thierry, 50 ans. Cet habitant de Solliès-Ville (Var) part systématiquement le lendemain des journées noires : « L'idée nous est venue il y a huit ou neuf ans, détaille le père de famille. Nous en avons eu marre de passer des heures dans les embouteillages. » Plutôt que le samedi, ils prennent désormais la route le dimanche. « Et c'est un vrai bonheur. Il n'y a personne sur la route, là où la veille les embouteillages s'étalaient sur plusieurs dizaines de kilomètres. Conduire redevient un plaisir. »

La famille a saisi la possibilité, qu'offrent de plus en plus de professionnels du tourisme, de choisir des dates d'arrivée et de départ flexibles : « Ils ont tout compris ! Nous, nous partons avec le Club Med par exemple. Nous pouvons louer du dimanche au dimanche, sans coût supplémentaire. La seule chose qui change, c'est que nous arrivons plus vite et surtout, plus détendus. Contrairement à ceux qui ont passé des heures sur la route et sur les aires bondées. » Autre avantage de rouler le dimanche, selon Thierry, « les camions sont interdits et il n'y a pas le flux des personnes qui vont travailler ».

 

Une journée d'avance sur les autres vacanciers

Stéphanie, elle, a opté pour une autre méthode  : programmer son départ le vendredi et transformer le trajet en balade touristique : « Nous partons la veille de la réservation, et nous faisons une escale sur la route. » Un choix que la jeune mère de 31 ans de Coulaines (Sarthe) a fait en 2008 après de trop longues journées perdues dans d'interminables embouteillages. « A l'époque, nous habitions en Espagne et faisions régulièrement le voyage vers Paris. Il y a déjà quatorze heures de route. Avec des enfants en bas âge, et des climatisations dans les voitures beaucoup moins performantes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant