Chartres : le maire refuse d'inhumer le corps d'un terroriste du Bataclan

le
4
Des fleurs en hommage aux victimes des attentats terroristes du 13 novembre 2015 à Paris. Le maire de Chartres s'oppose à ce qu'un des kamikazes, Ismaël Mostefaï, soit enterré dans sa ville. 
Des fleurs en hommage aux victimes des attentats terroristes du 13 novembre 2015 à Paris. Le maire de Chartres s'oppose à ce qu'un des kamikazes, Ismaël Mostefaï, soit enterré dans sa ville. 

Jean-Pierre Gorges, le maire LR de Chartres, campe sur ses positions : pas question d'enterrer Ismaël Mostefaï sur le territoire de sa commune. L'édile s'oppose à ce que le kamikaze du Bataclan repose dans la même ville qu'une de ses victimes. « Ce type n'a été que de passage à Chartres alors que, parmi les victimes du Bataclan, nous avons perdu une jeune Chartraine qui ne demandait qu'à vivre », explique-t-il à L'Écho républicain.

La décision de Jean-Pierre Gorges pose un problème légal, une commune ne pouvant refuser d'enterrer un de ses habitants. « J'ai vérifié, légalement, pour moi, il ne remplit pas les conditions, ajoute le maire. La famille Mostefaï a quitté la maison de La Madeleine en 2012. Lui est certes resté encore ici, mais il n'avait pas d'adresse propre, il squattait chez quelqu'un. J'attends qu'on me prouve où était son domicile officiel jusqu'en 2015. Je ne ferais aucun effort si une demande d'inhumation nous parvenait. Aucun. »

Pour le moment, un seul des huit terroristes du 13 novembre a été enterré en France. Il s'agit de Samy Amimour, qui avait gagné la Syrie en octobre 2013 alors qu'il était sous étroite surveillance. L'homme de 28 ans a été enterré anonymement à Drancy dans le carré musulman. Le procureur de la République de Paris, François Molins, a également donné son autorisation pour que la dépouille de Bilal Hadfi, un autre des terroristes, soit rapatriée au Maroc. Une...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dlombert le lundi 18 jan 2016 à 22:56

    dans le four d'une cimenterie, au moins il servira à quelque chose

  • 2445joye le lundi 18 jan 2016 à 17:34

    Un larguage aérien de leurs cadavres au dessus des villes détenues par L' EI serait peut-être la solution la plus appropriée.

  • M4314275 le lundi 18 jan 2016 à 16:27

    A part quelques exceptions et au-delà de la deuxième génération, les morts sont des éternels oubliés. Alors beaucoup de bruit inutile.

  • 5701726 le lundi 18 jan 2016 à 15:40

    Quelle est la loi ? Ensuite, l'appliquer.