Charte de la laïcité : la leçon du professeur Peillon

le
0
Charte de la laïcité : la leçon du professeur Peillon
Charte de la laïcité : la leçon du professeur Peillon

La cérémonie est prévue à l'heure de la messe. Ce matin, à 10 heures, le ministre de l'Education nationale Vincent Peillon doit présenter sa charte de la laïcité, entouré d'une pléiade de personnalités dont le Sage du PS, Robert Badinter, et le champion du monde de foot, Lilian Thuram. Le lycée de la Ferté-sous-Jouarre (Seine-et-Marne), lieu choisi pour ce pèlerinage laïc, fait aussi figure de symbole : une zone rurbaine, défavorisée mais pas ghettoïsée? et où le FN engrange, régulièrement, les voix d'un cinquième des électeurs.

La charte comporte 15 articles, conçus par un groupe de six experts choisis par le ministère. Elle rappelle dans un langage adapté aux enfants les principes de la Constitution, de la Déclaration des droits de l'homme et de la loi de 1905 sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat. Riche en signaux politiques, le texte n'apporte rien de neuf, légalement, sous le soleil républicain. « Ce n'est pas le but, se défend-on dans l'entourage de Peillon. Le ministre pense que, si le concept est contesté, c'est parce qu'il y a un défaut de compréhension. »

Il en existait déjà une. En 2007, Dominique de Villepin (UMP) avait déjà édicté une charte de la laïcité dans les services publics. Y avait-il besoin d'un nouveau texte? « Même si la laïcité est dans l'ensemble plutôt bien respectée à l'école, il est toujours utile d'en préciser les bases, pense Martine Cerf, la co-directrice du Dictionnaire de la laïcité*. Mais ce serait une illusion de croire qu'on peut en finir avec la question. C'est un débat permanent. »

Un kit pédagogique. Les élèves, en tout cas, sont loin d'en avoir fini avec le concept. Cette semaine, toutes les écoles, collèges et lycées publics devront afficher leur charte bien en vue, accompagné d'un drapeau tricolore et la devise républicaine. Un kit pédagogique va aussi être envoyé aux enseignants. Et en 2015 sera ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant