Charlton, la baie des cochons

le
0
Charlton, la baie des cochons
Charlton, la baie des cochons

Relégué en League One en avril dernier, Charlton touche aujourd'hui le fond entre des résultats pourris et une gestion sportive qui a poussé les supporters du club à ouvrir leur gueule contre un propriétaire pyromane. Chronique d'une époque où la révolution est devenue la norme.

Au départ, ce devait être un jour comme un autre. Un après-midi d'octobre, un samedi où la famille file au stade ensemble, mais, aussi, un match particulier où chacun joue déjà beaucoup. Le 15 octobre dernier, Charlton a rendez-vous avec Coventry City chez lui, à The Valley. En soi, l'enceinte des Addicks est déjà le symbole de ce que signifie être supporter du Charlton Athletic Football Club. Il faut revenir dans les années 90 pour comprendre. Une période où l'Angleterre est encore marquée par ses tragédies et notamment celle de l'incendie du Valley Parade de Bradford en mai 1985. À la suite du drame, la décision avait alors été prise d'aller partager Selhurst Park avec les voisins de Crystal Palace. Pas la mesure la plus populaire et une histoire qui ne va durer que cinq ans. Là est le point fondateur du Charlton moderne, car après des actions des supporters et un vote, les Addicks reviennent à The Valley en 1992. Voilà ce qu'écrivait Kyle Andrews, un supporter du club, sur son blog Chris Powell's Flat Cap, il y a quelques semaines : "La chose la plus importante dans l'histoire de Charlton n'est pas une finale de coupe ou une victoire en play-off, c'est le fait que les supporters ont ramené le club à The Valley. Je pense qu'il y a un lien fort et une connexion forte qui va plus loin que de vouloir une équipe qui gagne un match de foot." Cette histoire explique en grande partie ce qui se passe aujourd'hui dans les rues de Greenwich.

Youtube

Les cochons roses et la lessive


Car le 15 octobre 2016 restera à jamais un jour différent dans l'histoire de Charlton, un club qui évolue aujourd'hui en League One depuis sa relégation en avril…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com