Charlotte / N.Batum : " Cinq ans que Jordan essaie de m'avoir "

le
0
Charlotte / N.Batum : " Cinq ans que Jordan essaie de m'avoir "
Charlotte / N.Batum : " Cinq ans que Jordan essaie de m'avoir "

Passé de Portland à Charlotte durant l'intersaison, l'ailier français s'est entretenu avec plusieurs médias français avant la reprise de la NBA. Batum débutera la saison dans la nuit de mercredi à jeudi face au Miami Heat.

A 26 ans et après sept ans passés à l'Ouest dans la franchise de Portland, Nicolas Batum, poussé dehors par ses dirigeants, a changé d’air cet été pour aller à l’Est, aux Charlotte Hornets. « Batman » découvre une nouvelle équipe en pleine reconstruction. « Le plus important pour nous c'est d'apprendre à nous connaitre, il y a huit nouveaux joueurs sur quinze. Les victoires en présaison, on s'en fiche un peu, a déclaré l’international français à plusieurs médias français peu avant la reprise de la NBA. Les entraînements sont de grosse qualité et on travaille très bien, c'est ce qu'il faut retenir. Charlotte sort d'une saison difficile et presque tous les nouveaux arrivants sont en mode seconde chance ».

Un collectif qui se met en place

Arrivé il y a maintenant un mois à Charlotte, le Français s’est déjà bien intégré, « J'ai une bonne connexion avec tout le monde. Je m'entends très bien avec Kemba Walker, le back court (arrière) qu'on a formé avec Jeremy Lin m'a plu aussi, tout comme ce qu'on arrive à faire avec Al Jefferson, a ajouté l’ancien joueur de Portland. Ce que j'avais avec LaMarcus Aldridge, je le retrouve un peu avec lui ». Avec cette nouvelle équipe, les spécialistes ne placent pas les Hornets dans les huit premiers de la saison régulière, synonyme de qualification en play-offs, « Je ne me fie pas aux prédictions qui nous annoncent hors des play-offs, assure Nicolas Batum. Il y a deux ans, personne ne nous voyait marcher avec Portland et on a fini la saison avec 59 victoires... On a une équipe très intelligente, on va surprendre des gens. »

« Côtoyer Jordan au quotidien, c’est quand même marrant »

En rejoignant les Hornets, Nicolas Batum a signé pour une franchise qui est propriété de la légende NBA, Michael Jordan. « Il est l’idole de tout le monde. C’est une icône historique et mondiale du sport en général. Et le côtoyer au quotidien, c’est quand même marrant, résume le nouveau joueur des Hornets. Il est comme tout le monde : il rigole, mais il est toujours à fond dans le basket. On a pu discuter quelques fois et il a une grosse confiance en moi. Il me parle assez souvent. Il me dit que c’est une année où je peux vraiment me lâcher, montrer au monde ce que je peux réellement faire, qu’il a confiance en moi et que c’est pour ça qu’il m’a fait venir ici. Il m’a même dit que ça fait cinq ans qu’il essaie de m’avoir. Il a beaucoup d’espoir en moi. Venant de lui, c’est très gratifiant ».

Un nouveau rôle pour une nouvelle vie

Entre Portland et Charlotte, la différence d’effectif est énorme. Chez les Hornets, Batum va avoir un rôle de cadre, mais aussi de créateur sur le terrain, « A Portland, on avait une équipe avec deux All-Stars, un cinq performant et le même noyau depuis quelques années. Là, je suis l'un des plus vieux et expérimentés, ça me change. On m'a beaucoup parlé de cette histoire de première ou deuxième option offensive. Être l'une des premières options ne veut pas dire prendre 25 tirs par match, assure Nicolas Batum. A Charlotte, je vais avoir énormément le ballon au départ des actions pour créer des mouvements, des décalages, faire des passes décisives. Le coach veut vraiment que je sois à la création. Kemba et Al me donnent déjà beaucoup la balle. C'est en ce sens que je dois être la première option ». Une confiance qu’il lui faudra confirmer sur le parquet.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant