Charlotte Bonnet : " Je n'aime pas être au-devant de la scène "

le
0
Charlotte Bonnet : " Je n'aime pas être au-devant de la scène "
Charlotte Bonnet : " Je n'aime pas être au-devant de la scène "

Nouvelle tête de liste de la natation féminine, Charlotte Bonnet évoque à quelques jours du début des Mondiaux de natation à Kazan (Russie) cette nouvelle exposition médiatique dont elle se passerait aisément.

Charlotte Bonnet, comment se passe ce premier stage à l'INSEP ?
Plutôt bien, on a un bassin à disposition, de bonnes conditions pour s'entrainer ici. C'est cool de pouvoir faire un stage à l'INSEP. Pour moi c'est la première fois, je découvre ce bassin et c'est plutôt bien. Comment je me sens ? Bien, maintenant, il reste quelques réglages à faire. La compétition est dans dix jours (au moment de l’entretien), il reste donc encore du temps pour bien s'affûter et bien travailler. Je me sens bien, mais j'espère me sentir encore mieux dans les jours qui viennent.

Après les championnats de France, vous avez déclaré que vous auriez du mal à continuer l'année, ça c'est finalement bien passé pour vous, comment avez-vous vécu ce moment ?
Après le championnat de France, c'était différent aussi parce que voilà… (Charlotte Bonnet fait référence sans le citer au décès de Camille Muffat). C'était dur de se remettre dans le bain, j'ai pris des vacances à cause des évènements. Maintenant, j'ai pris un peu plus de recul, ça va un petit peu mieux. J'aborde ces championnats du monde avec confiance.

Vous abordez aussi ces championnats du Monde en tant que tête d'affiche de la natation féminine française, une première pour vous en Russie. Dans quelles dispositions vous trouvez-vous ?
Ça me met un peu de pression, mais je n'ai pas envie de rajouter cette pression à celle que je me met déjà seule. Il y a d'autres filles qui sont potentiellement finalistes et médaillables. Notamment Beryl (Gastaldello), qui fait un bon retour. Coralie (Balmy) aussi va nager sur le 400m, donc on verra. Je ne suis pas toute seule, ça me rassure d'avoir d'autres filles qui sont en pleine puissance avec moi. On est plusieurs, je ne veux pas être la seule tête d'affiche au niveau des filles. Je n’aime pas ça du tout (sourire).

Qu'est-ce qui vous dérange dans ce statut de tête d'affiche de la natation féminine ?
Je me vois mal prendre ce rôle à 20 ans par rapport à des filles qui ont 23, 24 ans ou même plus.
Je n'aime pas être au-devant de la scène, j'ai toujours aimé être dans l'ombre puis sortir quand il le faut. Etre outsider ça me convient très bien. Pour arriver à aller chercher une médaille, je pense que c'est bien d'être en retrait, de ne pas trop faire parler de moi. C'est aussi ma manière de gérer le stress.

Où en êtes-vous de votre préparation physique ? Comment a réagi votre corps pendant cette préparation ?
Actuellement, je suis plutôt dans l'affûtage technique. Trop de repos ce n'est pas bien, j'ai un 200m à préparer. Ce n'est pas bon d'avoir trop de repos ou de trop relâcher comme pour ceux qui font du 50m, ou même du 100m. Je ne suis pas dans la même configuration, du coup je suis encore en affûtage.

Charlotte Bonnet préfère garder pour elle sa peine suite au décès de Camille Muffat

L'exposition, la pression, est-ce que ce sont des choses sur lesquelles vous avez travaillé ?
Un petit peu oui, parce que c'est vrai qu'aux championnats de France, j'étais pas mal sur le devant de la scène. Après ça reste des championnats de France, j'ai l'habitude de gérer ça, mais tout était un peu focalisé sur moi. J'ai quand même réussi à surmonter ça pendant une semaine, maintenant il faudrait que j'arrive à appliquer ça aux championnats d'Europe, aux Mondiaux et aux JO. J'espère mener à bien mes championnats du monde de cette façon.

Concrètement, qu'avez-vous retenu de ces championnats de France et de la façon dont vous vous en étiez sortie ?
C'est difficile de retenir quelque chose puisque je n'étais pas vraiment dans un état naturel. Quand je revois les vidéos de mes courses ; je ne me reconnais pas trop, c'était une situation un petit peu bizarre. Mais je retiens qu'il ne faut pas non plus avoir trop de pression sur soi. Encore une fois, le fait qu'il y ait d'autres filles autour de moi, ça m'aide à lâcher de lest et à ne pas prendre toute la pression pour moi.

Est-ce que cela ne prouve pas aussi que vous pouvez vous transcender encore davantage que vous ne le pensiez ?
Oui, c'est sûr. C'est ce que j'ai découvert cette année, notamment depuis les championnats de France. Etre capable de nager vite dans des conditions plus compliqué qu'à l'accoutumé. C'est ce que je dois retenir pour que cela me serve pour cet été.

Vous aviez dit que vous nageriez pour Camille Muffat, quelle place a-t-elle encore aujourd'hui et allez-vous penser fort à elle lors de ces championnats du Monde ?
Oui, certainement… Mais je n'ai pas trop envie d'en parler parce que ça reste un sujet délicat. Focus sur les Championnats du monde, le reste on verra.

On a nommé le 200m la course du siècle, qu’est-ce que cela vous inspire ?
C'est vrai, je me suis aussi rendu compte que ça allait nager très, très vite. Ça a nagé très vite déjà jusqu'à aujourd'hui. Deux filles sont à 1'55", beaucoup tournent autour de 1'55'', 1'56'', ça va être serré. Je pense même qu'il va falloir déjà s'employer pour arriver en finale, on verra… Je ne sais pas encore à combien je suis capable de nager, je sais que je peux nager plus vite que ce que j'ai déjà fait, mais on verra sur place.

Par rapport aux autres grands championnats que vous avez disputés, comment vous situez-vous pour Kazan ?
Je me sens un plus sereine, par rapport aux compétitions et aux choses que j'ai vécues ces deux dernières années. Après l'échec des championnats d'Europe, je veux rebondir. Je veux prouver aussi que je ne suis pas présente simplement sur des championnats de France ou des meetings nationaux. C'est important pour moi de briller cet été. Quelle place ont ces Mondiaux ? Ils sont importants parce que ça marque un point d'exclamation avant les JO. C'est important aussi de sonner la sonnette d'alarme, montrer qu'on est là et montrer aux autres nageurs de quoi on est capable.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant