« Charline ne réalise pas que je suis là »

le
0
« Charline ne réalise pas que je suis là »
« Charline ne réalise pas que je suis là »

« Ça y est, j'ai une maman ! Longtemps rangée dans un carton, je suis, moi la médaille d'or, désormais autour du cou de Charline Picon. Le ciel était magnifique, la vue depuis la plage féérique, mais ça n'a pas empêché Charline de beaucoup pleurer. Il paraît qu'elle rêvait déjà de me décrocher à Londres, il y a quatre ans. C'est peu-être parce que je suis si précieuse à ses yeux qu'elle ne me quitte plus depuis dimanche. Charline n'arrête pas de dire qu'elle ne réalise pas que je suis là. Toute la soirée, elle m'a pourtant gardée, là contre son coeur qui continuait à battre très fort. J'ai croisé plein de Brésiliens qui voulaient tous me toucher. J'ai fait tout un tas de selfies, je suis devenue une star. Jonathan Lobert, qui avait décroché le bronze en voile il y a quatre ans, l'avait prévenue de cette grande curiosité que nous, les merveilleuses médailles qui ne venons que tous les quatre ans (soit moins souvent que le Père Noël), suscitons. Hier soir, je suis même passée au journal de 20 heures sur France 2.

« Charline était fière, car la planche à voile est une discipline peu médiatisée, elle espère que son exploit va susciter des vocations. D'autant que l'une de mes copines en bronze est repartie avec Pierre Le Coq, un autre véliplanchiste. Elle a eu droit à une virée en boîte de nuit. Charline aurait bien voulu qu'on y aille, mais après tant d'émotions elle était fatiguée, du coup on est rentrées. Mais pas à l'hôtel de l'équipe de France, car il était trop tard et elle ne voulait pas réveiller Marie Riou, avec qui elle partage sa chambre.

Les parents et le fiancé de Charline étaient heureusement là pour nous accueillir. De toutes façons, on n'a pas beaucoup dormi. Tantôt dans sa poche, parce que je suis trop lourde, tantôt autour de son cou, je me trimbale dans Rio.

En rentrant en France, j'irai dans ce que Charline appelle le parc des trophées, une pièce où elle a mis toutes les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant