"Charlie Hebdo" : retour en images sur une journée noire

le
0
François Hollande est arrivé moins d'une heure après l'attentat qui a frappé Charlie Hebdo.
François Hollande est arrivé moins d'une heure après l'attentat qui a frappé Charlie Hebdo.

"Y a-t-il des témoins ?" hurle un policier en civil. À quelques mètres de là, les bureaux de Charlie Hebdo, cible d'un attentat terroriste. Sur le trottoir du boulevard Richard-Lenoir, à deux cents mètres de la place de la Bastille, un vélo de la police nationale gît. Les sirènes des ambulances hurlent. De nombreux badauds s'entassent derrière des cordons de police pour capter un moment du drame qui vient de se jouer. Et les journalistes sont maintenus à distance de la scène du crime. La confusion règne. Les visages sont graves. Peu avant 13 heures, à peine plus d'une heure après l'assaut meurtrier, François Hollande arrive sur les lieux. Protégé par des policiers surarmés du GAHP, il est accompagné de Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, Fleur Pellerin, ministre de la Culture, et Anne Hidalgo, maire de Paris. Le président de la République évoque un premier bilan faisant état de onze victimes. Les mots utilisés par le chef de l'État sont durs. Son émotion est palpable. Il assure que les auteurs de cet attentat seront "pourchassés aussi longtemps que nécessaire pour qu'ils puissent être traduits devant les juges". Un "assassinat politique", selon MélenchonTout au long de l'après-midi, le défilé des ambulances se poursuit. Des hommes et des femmes, soutenus par des secouristes, arrivent sur les lieux. Certains sont comme tordus par la douleur. Une lectrice du journal satirique, venue avec un bouquet de roses à...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant