"Charlie Hebdo" - Minute de silence perturbée : l'Éducation nationale recense 70 chahuts

le
4
De nombreux jeunes se sont retrouvés dès jeudi soir, sur la place de la République, à Paris, pour rendre hommage aux victimes de l'attentat de Charlie Hebdo (illustration).
De nombreux jeunes se sont retrouvés dès jeudi soir, sur la place de la République, à Paris, pour rendre hommage aux victimes de l'attentat de Charlie Hebdo (illustration).

"Les choses se sont globalement bien passées", tient à souligner Najat Vallaud-Belkacem après que des enseignants ont signalé les perturbations de la part d'élèves durant la minute de silence nationale observée, le 8 janvier, au lendemain de l'attentat contre Charlie Hebdo. Les services des rectorats ont fait remonter environ 70 cas sur le territoire auprès du ministère de l'Éducation nationale. Un nombre à rapporter aux 60 000 établissements scolaires (écoles, collèges, lycées) du pays.Dans la plupart des cas, les choses se sont réglées localement "avec des sanctions proportionnées à la gravité des faits", indique Najat Vallaud-Belkacem. Les statistiques ne sont pas, à ce stade, finalisées. Il ne s'agit que d'un point d'étape. La ministre appelle à rester "vigilant" face aux dérives. Le jour même du drame, la ministre avait adressé aux enseignants une lettre dans laquelle elle invitait ceux-ci à "répondre favorablement aux besoins ou demandes qui pourraient avoir lieu dans les classes". La lettre de la ministre rappelle que l'école éduque à la liberté : la liberté de conscience, d'expression et de choix du sens que chacun donne à sa vie ; l'ouverture aux autres et la tolérance réciproque. Des enseignants ont spontanément écrit au ministère afin de rendre compte de cette journée si particulière.Lire aussi Le désarroi d'une prof qui parle de "Charlie" à ses élèves

Source Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • alain782 le mercredi 14 jan 2015 à 10:15

    La releve est assurée, pauvre france....

  • frenchto le mardi 13 jan 2015 à 10:19

    oui. 5 ans de prison et 150000€ d'amende

  • eskimmo le lundi 12 jan 2015 à 16:05

    Apologie du terrorisme, 5 ans de prison. Et les 75000€ d'amende vont faire réfléchir les parents.

  • gnapi le lundi 12 jan 2015 à 12:14

    Et ils vont mettre en prison les fauteurs de troubles ? ou ils vont comprendre que ne casse pas les references éducatives sans effet collatéraux ? A moins que cela ne justifie encore plus les "cours de morale ¨citoyenne et laïque" ... encore que l'aspect laic ait été mis de coté depuis quelques jours.