Charlie-Hebdo: les femmes de la famille Kouachi témoignent

le
0
Selon, les épouses Kouachi, rien de laisser présager la tuerie.
Selon, les épouses Kouachi, rien de laisser présager la tuerie.

"Je ne comprends pas, quoi, tout ça à cause d'un dessin. Non on ne tue pas pour un dessin, il a pensé qu'à sa gueule Chérif". Aïcha pleure. Elle vient d'apprendre que ses deux frères, Saïd et Chérif Kouachi, ont été abattus la veille. Le Monde a eu accès aux auditions de la jeune femme ainsi qu'à celles d'Izzana et Soumya, les épouses des frères Kouachi, dans la cadre de l'enquête sur les attentats de Paris, le 7 janvier dernier. Les trois femmes semblent bouleversées, en plein "cauchemar". Elles ont encore du mal à croire ce qui s'est passé."J'ai l'impression que tout ça est irréel. J'ai l'impression que je fais un cauchemar et que je vais finir par me réveiller", raconte Izzana, la femme de Chérif Kouachi. D'après Le Monde, la jeune femme, placée en garde-à-vue durant 76 heures, au 36, quai des Orfèvres, coupée du monde, n'apprendra la mort de son époux que le lendemain. La dernière fois qu'elle a vu son mari, c'est le matin de la tuerie dans les locaux de Charlie Hebdo. Il a claqué la porte vers 10h30, prétextant qu'il allait avec son frère, "faire les soldes"."L'Etat islamique, c'est n'importe quoi"A Reims, c'est Soumya, l'épouse de Saïd Kouachi, qui est entendue dans les locaux de la police judiciaire. La jeune femme est handicapée par une sclérose en plaque, selon Le Monde. Elle déclare qu'elle ne "reconnaît" plus son mari dans la description que lui font les enquêteurs. Elle confie les dernières heures...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant